/news/health
Navigation

Tabagisme: une maladie pulmonaire encore plus meurtrière que le cancer des poumons

Coup d'oeil sur cet article

Moins connue, mais deux fois plus meurtrière que le cancer du poumon, la maladie pulmonaire obstructive chronique touche environ 30 000 Québécois par année, a expliqué le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) dimanche à l’occasion du lancement de la Semaine pour un Québec sans tabac.

Environ 85% des cas de cette maladie – caractérisée par des troubles respiratoires qui vont en empirant, jusqu’à causer des dommages irréversibles aux voies respiratoires et aux poumons – sont généralement causés par le tabagisme.

«De nombreux patients reçoivent un diagnostic de bronchite aiguë, de toux ou d’infection des voies respiratoires alors qu’en réalité, les symptômes qu’ils présentent constituent une poussée aiguë de la maladie sous-jacente», a expliqué par communiqué Dr Jean Bourbeau, qui estime que cette maladie est «de 50% à 70% sous-diagnostiquée».

Les symptômes associés à la maladie, généralement diagnostiquée chez des personnes de plus de 35 ans, s’aggravent une à quatre fois par année lors de crises pulmonaires.

«Ces crises peuvent être très handicapantes, nécessiter des soins médicaux d’urgence et même entraîner la mort. Leurs conséquences sont aussi graves qu’une crise cardiaque avec des taux de mortalité semblables durant et après l’hospitalisation», a expliqué le Dr Bourbeau.

«Depuis 2009, plus de femmes meurent de la MPOC que du cancer du sein», a noté le pneumologue. La maladie pulmonaire obstructive chronique élève aussi le risque de contracter d’autres maladies, comme une pneumonie, une maladie cardiaque ou un cancer du poumon.

Le CQST s’inquiète de la prévalence de cette maladie, alors que 18,3% des Québécois de 12 ans et plus fument toujours. «On tend à l’oublier, mais le tabagisme est loin d’être un problème réglé dans notre société. Encore aujourd’hui, ce fléau fait de grands ravages et sape la qualité de vie, voire la vie tout court, de milliers de personnes», a rappelé Marc Drolet, directeur général du CQTS.

Le Conseil invite les fumeurs à tenter d’écraser pour de bon, avant de tomber gravement malades. Plusieurs ressources s’offrent à eux, incluant la ligne téléphonique 1 866 JARRETE (1 866 527-7383), le texto (via le site smat.ca), les centres d’abandon du tabagisme et le site jarrete.qc.ca (iquitnow.qc.ca).