/lifestyle/health
Navigation

Départager le vrai du faux en nutrition

Départager le vrai du faux en nutrition
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La nutrition est au cœur de l’actualité. Chaque semaine, des nouvelles annonçant les vertus d’un aliment ou d’un nutriment sont publiées dans les médias. Or, les informations sont parfois contradictoires et il est difficile de départager le vrai du faux. Cette année, prenez la résolution de développer votre sens critique face aux informations véhiculées dans les médias ! L’ABC de l’analyse critique !

La démarche scientifique

Départager le vrai du faux en nutrition
Photo Adobe Stock

Tout d’abord, la nutrition est une science, elle se base sur des données probantes pour établir des recommandations. Une étude à elle seule n’est pas suffisante pour confirmer une hypothèse. Lorsque l’on souhaite établir un lien entre un aliment (ou un nutriment) et la santé, c’est l’accumulation de données significatives qui permettent de conclure à un effet bénéfique ou défavorable.

Quelques questions pertinentes à se poser: 

♦ Est-ce que l’étude a été réalisée in vitro (au niveau de la cellule), au sein de modèles animaux ou chez les humains ?

♦ Quelle est la taille de l’échantillon ?

♦ Est-ce une étude observationnelle ou un essai clinique ? La première permet d’émettre une hypothèse et non de la confirmer.

♦ L’étude a-t-elle été publiée dans des périodiques médicaux révisés par les pairs ?

♦ Qui finance l’étude ?

♦ Les résultats corroborent-ils ceux d’autres études ?

Les nouvelles sensationnelles sont rarement vraies

Départager le vrai du faux en nutrition
Photo Adobe Stock

Les titres accrocheurs sont en vogue. Pourtant, il n’existe aucun aliment miracle, et le fait de lire un titre comme : le bleuet guérit le cancer devrait soulever un questionnement !

Quelques pistes qui demandent une réflexion:

♦ Le titre évoque un résultat exagéré (ex : solution « miraculeuse »)

♦ L’article est rédigé par un prétendu expert en nutrition b

♦ Les détails de l’étude ne sont pas présentés

♦ L’article a pour but de mousser les ventes d’un produit

► Sachez que l’appellation « nutritionniste » tout comme « diététiste » est protégée par l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Quiconque s’approprie ce titre sans avoir complété le parcours académique universitaire requis enfreint la loi. On dénombre une panoplie de prétendus experts en nutrition portant des titres non réglementés, comme coach, conseiller en nutrition ou encore expert. Soyez vigilants, ces titres ne garantissent en rien une formation en nutrition.

Marketing chez les « experts » en nutrition

Départager le vrai du faux en nutrition
Photo Adobe Stock

Voici quelques tactiques marketing utilisées par des prétendus experts qui devraient soulever un questionnement: 

♦ Jouer avec les émotions du public

Certains essaient de mousser leurs ventes en tentant d’influencer les gens par la peur ou la honte, par exemple en faisant référence à la maladie ou le surplus de poids.

♦ Prétendre que si une diète est populaire ou qu’elle existe depuis des centaines d’années, elle est nécessairement bonne pour la santé

Insinuer qu’une diète est bénéfique pour tous car elle compte beaucoup d’adeptes n’est pas un argument solide. Confirmer qu’un mode d’alimentation d’époque (paléo par exemple) est idéal pour notre société moderne n’est pas convaincant non plus. Les décès survenaient à un âge beaucoup plus jeune, il est normal que l’incidence de certaines maladies soit moindre.

♦ Classer les aliments en deux catégories : les bons et les mauvais

Rien dans le domaine scientifique n’est blanc ou noir. Les pseudo-scientifiques aiment bien créer l’illusion qu’un aliment est essentiel à la santé ou, au contraire, complètement toxique.

♦ Citer des histoires de cas

Plusieurs livres utilisent abondamment les témoignages comme preuve de l’efficacité de leur approche. Madame X a perdu du poids, guéri son diabète, ne souffre plus de douleurs arthritiques et a retrouvé son énergie avec telle approche alimentaire. Séduisant n’est-ce pas de guérir autant de maladies en ne modifiant que son alimentation ? Les histoires de cas ne représentent en rien une étude scientifique qui tiendrait compte de tous les facteurs confondants, en plus d’être réalisée auprès d’un échantillon beaucoup plus représentatif.

♦ Affirmer que la diète proposée guérit plusieurs maladies

Plusieurs approches alimentaires proposées au cours des dernières années (hypotoxique, sans gluten, paléo, cétogène) sont perçues comme miraculeuses. Elles font perdre du poids, guérissent le diabète, éliminent les douleurs arthritiques, etc. Méfiez-vous des diètes qui guérissent tout ! Bien qu’une communauté forte d’adeptes ne cesse d’en faire la promotion, prenez le temps de regarder les consensus d’experts sur le sujet.

Vérifier ses sources d’informations

Départager le vrai du faux en nutrition
Photo Adobe Stock

Voici quelques trucs pour évaluer la crédibilité d’une source d’information en nutrition:

♦ Vérifier l’expérience ou le parcours professionnel de la personne qui divulgue l’information. S’agit-il d’un ou d’une nutritionniste ? D’un médecin ou d’un chercheur scientifique dans le domaine ? A-t-il des années de pratique reliée au sujet ?

♦ Quelles sont ses sources d’informations à elle ? Sont-elles appuyées par des organismes universitaires, scientifiques ou gouvernementaux reconnus ?

♦ Parle-t-on du sujet de façon neutre et factuelle ?

En 2019, apprenez à conserver votre esprit critique. Restez curieux et sceptique. Lorsque vous verrez une publication en nutrition, n’hésitez pas à faire des recherches supplémentaires pour confirmer la nouvelle.

 Merci à Stéphanie Nadeau-Grondin, stagiaire en nutrition, de sa précieuse collaboration