/24m/urbanlife
Navigation

Expropriations: des locataires dénoncent un couple de propriétaires

Coup d'oeil sur cet article

Des locataires des quartiers montréalais La Petite-Patrie, Villeray et Le Plateau-Mont-Royal dénoncent un couple de propriétaires qui aurait tenté de reprendre leur logement de façon frauduleuse le mois dernier.

Au moins 17 avis de reprise de logement ont été envoyés aux locataires de Davide Zaffino, de sa conjointe Mara Ceccon et des immeubles gérés par la compagnie Gestion Spyder pour y loger les mêmes membres de la parenté.

La majorité des demandes de reprise de logement ont depuis été abandonnées par les propriétaires. Le Comité logement de la Petite Patrie désire néanmoins intenter un recours collectif. Aucune demande au tribunal de la Régie du logement n’a été déposée pour l’instant.

Selon la Régie du logement, un propriétaire peut reprendre un de ses logements pour loger des membres de sa parenté si la demande est faite de bonne foi. C’est en comparant leur avis de reprise délivré par un huissier que les résidents ont remarqué des ressemblances en ce qui a trait aux bénéficiaires.

Geoffrey Roy, qui habite un immeuble de la rue Drolet, près du métro Jean-Talon, a remarqué quelques erreurs dans la lettre qui l’ont fait douter de la « sincérité » de la démarche. « En parlant à des amies de mon expérience, j’ai réalisé que j’ai une amie qui a reçu exactement la même lettre, le même jour, mais on n’avait pas le même propriétaire », a-t-il raconté lors d’un point de presse mercredi.

En faisant des recherches, le duo a découvert que leur propriétaire respectif formait un couple. « Mon amie a lancé un appel sur un groupe Facebook et beaucoup de locataires l’ont contactée en privé pour lui dire qu’ils avaient reçu la même lettre », a ajouté M. Roy.

Même histoire du côté de Raphaële Frigon, habitant aussi sur la rue Drolet, qui a reçu un avis de reprise de logement durant le temps des Fêtes pour un membre de la famille du nouveau propriétaire. « Il avait essayé de reprendre un logement en 2012 pour la même personne dans sa famille. »

Une histoire qui se répète

Mélanie Baril, du Comité logement de la Petite Patrie, a expliqué avoir trouvé au moins huit avis de reprises et demandes faites à la Régie du logement dans les dernières années pour les mêmes propriétaires et bénéficiaires.

« On se rend bien compte qu’en fait, tout ça sert à un “flip” immobilier [...] et pas à héberger la famille des propriétaires », a lancé Mme Baril.

Selon le Comité, le couple de propriétaires posséderait au moins 19 immeubles, dont 14 dans le quartier de La Petite-Patrie. M. Zaffino posséderait aussi des immeubles avec des collaborateurs, tous gérés par Gestion Spyder, et serait lié à une dizaine de compagnies à numéro.

Davide Zaffino, Mara Ceccon et leurs associés n’ont pas répondu aux appels du 24 Heures.