/news/health
Navigation

Plus de postes pour les infirmières en Mauricie et dans le Centre-du-Québec

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Les infirmières ont souvent dénoncé leurs conditions de travail au cours des dernières années, dont les heures supplémentaires obligatoires.

Alors qu'elles viennent de signer une nouvelle convention collective, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CISSS) de la Mauricie-Centre-du-Québec annonce l'ajout de nouveaux postes.

Il s’agit d’un soupir de soulagement pour le personnel infirmier de la région, alors que les infirmières se feront offrir la possibilité de rehausser leur poste actuel.

Dans le réseau, 1342 infirmières travaillent présentement à temps partiel. Ces employés pourront choisir le nombre de jours qu'ils souhaitent travailler.

«Ces mesures, toutes ensemble, vont venir réduire la pression chez nos membres et diminuer le temps supplémentaire obligatoire et régulier», a dit Nathalie Perron, présidente FIQ – Syndicat des professionnelles en soins.

Les nouvelles recrues se verront également proposer un poste dès leur arrivée.

Quatre-vingts candidates à l'exercice de la profession infirmière (CEPI) ont déjà accepté.

Pour 2019-2020, la direction du CIUSSS espère recruter 100 nouvelles infirmières et (CEPI).

La stabilité des équipes aura des impacts sur la gestion. Chaque semaine, tous postes confondus, plus de 17 000 appels sont effectués pour trouver du personnel dans les établissements de santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«On devait se démarquer pour faire face à la difficulté de la main-d'œuvre et aux nouvelles générations sur le marché du travail», a dit Louis Brunelle, directeur des ressources humaines au CIUSSS-MCQ.

Ces mesures seront proposées à d'autres types d'emploi, notamment aux infirmières auxiliaires et aux inhalothérapeutes.