/investigations
Navigation

Tony Magi: la fin d’un promoteur mafieux

Tony Magi a été assassiné dans l’entrée de ce garage en construction.
Photo Agence QMI, Maxime Deland Tony Magi a été assassiné dans l’entrée de ce garage en construction.

Coup d'oeil sur cet article

Tony Magi était le promoteur derrière le fameux projet du 1000 de la Commune, qui fut l’un des principaux repaires de la pègre en ville, juste devant le fleuve Saint-Laurent.

Il a longtemps travaillé avec Nick Rizzuto Jr, le fils de l’ancien parrain de la mafia Vito Rizzuto, jusqu’à ce qu’il tombe sous les balles d’un assassin à deux pas des bureaux de Magi, chemin Upper Lachine dans Notre-Dame-de-Grâce.

Hier, Magi est tombé à son tour, à huit coins de rue de là.

Le promoteur avait beaucoup fait parler de lui ces dernières années. La commission Charbonneau, notamment, s’est penchée sur la façon dont les Rizzuto ont trouvé du financement pour son projet du 1000, de la Commune, juste au bord du fleuve Saint-Laurent.

Magi avait racheté ces anciens entrepôts frigorifiques à la Société immobilière du Canada en 1999 pour les transformer en condos de luxe ultrasécurisés.

En échange de ses bons services, la famille Rizzuto a même reçu cinq condos gratuitement en 2009 dans le nouveau développement, sans même que le parrain ait investi un seul dollar de sa poche, selon ce que la commission a permis de révéler. Le projet était alors passé à une autre connaissance du parrain, Terry Pomerantz.

En 2000, la femme de Magi avait aussi signé l’achat du terrain où leur partenaire Giorgio Tartaglino allait construire des années plus tard le Roccabella, deux tours de condos de 40 étages à deux pas du Centre Bell.

Abattu sur un de ses projets

Magi se faisait plus discret ces dernières années dans l’immobilier montréalais, mais il continuait de s’impliquer dans plusieurs projets.

Le promoteur a d’ailleurs été retrouvé dans le stationnement d’un immeuble presque entièrement construit, à l’angle de la rue Saint-Jacques et de l’avenue Beaconsfield.

La compagnie à numéro propriétaire du projet a enregistré deux répondants pour sa licence à la Régie du bâtiment du Québec : Simon Arabian et Stéphanie-Lee Magi, qui habite à la même adresse que Tony Magi.

L’entreprise est en ce moment en pleine opération de pré-vente des unités d’un autre immeuble à l’angle de la rue Sherbrooke et du boulevard Cavendish, Le Bianca.

La compagnie était aussi impliquée dans une partie du développement Bois-des-Caryers à Lasalle, où Tony Magi avait également mis la main à la pâte.

En juillet 2018, un incendie criminel a d’ailleurs ravagé un immeuble de ce projet. Selon la police, ceux qui ont mis le feu s’étaient en fait trompé d’adresse et visaient une propriété d’un homme d’affaires en conflit commercial avec la famille Magi.

 

Sur le même sujet