/opinion/columnists
Navigation

Le lobby qui a gagné

Le lobby qui a gagné
Photo Santé Canada

Coup d'oeil sur cet article

Quelques commentateurs ont applaudi le nouveau guide alimentaire en soulignant que les auteurs ont résisté au lobby des producteurs de lait. Cette fois-ci, il n’y aurait pas eu de lobby.

Désolé d’être dur, cette analyse comporte deux erreurs. D’abord, ils ont trahi leur préjugé négatif à l’endroit des producteurs laitiers. C’est à la mode en ville de taper sur les agriculteurs et encore plus sur les producteurs de lait. Cela regroupe des adeptes de Maxime Bernier jusqu’à la gauche radicale écologiste.

Deuxièmement, ils démontrent une terrible naïveté en laissant entendre que le processus aurait été cette fois-ci exempt de toute influence ou de tout lobby. Seuls des critères angéliques et objectifs de santé du public auraient prévalu. Cette vision est puérile. Dans les faits, toutes les décisions des organisations publiques sont le résultat du jeu de multiples influences.

Toutes sortes d’influences

L’influence peut prendre diverses formes. Il y a le lobbyisme d’un secteur économique important. Il y a le pouvoir de l’argent. Il y a aussi la force des thèmes à la mode, ce qui est bien vu par les élites de la société. Il y a aussi le lobbyisme des groupes organisés qui parlent fort, convaincus d’être porteurs d’une grande cause.

Une décision comme le guide alimentaire est prise sur la base de données scientifiques, bien sûr, mais le tout est aussi modelé par toutes les autres sources d’influence. Les auteurs vivent dans une société et relèvent d’un gouvernement. Je ne doute pas de leur préoccupation sincère pour la santé des Canadiens, mais ils posent un geste politique, et ils le savent.

Au-delà des textes de recommandations, Santé Canada a tenu à résumer ses recommandations dans la photo d’une assiette remplie d’aliments de toutes sortes. L’analyse de celle-ci est révélatrice. On y retrouve très peu d’aliments d’origine animale. On se limite à trois petits morceaux de poulet et de viande, deux petits carrés de saumon, le quart d’un œuf et un minuscule gobelet de yogourt.

Mouvement radical

Quoi qu’on me dise, je demeurerai convaincu que les raisons de santé ne sont qu’une partie de l’explication. Ne s’agit-il pas aussi d’une réponse à la montée du mouvement animaliste qui gagne du terrain un peu partout dans le monde occidental ? Des gens qui rêvent de voir disparaître toute forme d’élevage ou d’agriculture impliquant des animaux ?

La montée de la popularité de tout ce qui se dit végane est frappante, surtout en milieu urbain. Certains en font une simple approche en matière d’alimentation qu’ils croient plus saine. Mais d’autres en font carrément une idéologie politique. Une idéologie qui prend vite des accents radicaux.

Ici et ailleurs, des boucheries ont été la cible d’actes violents. En France, des charcutiers, des propriétaires d’abattoirs et des restaurateurs qui misent sur la viande ont subi des menaces et des attaques sauvages.

Je n’ai pas de doute que ces militants mettront le guide alimentaire canadien dans la colonne de leurs victoires. Leur idéologie gagne du terrain en haut lieu.