/misc
Navigation

Colère pétrolière et Constitution

Si Jason Kenney prenait le pouvoir 
en Alberta d’ici mai, il pourrait 
plonger notre Dominion dans une 
négociation constitutionnelle.
Photo Christopher Nardi Si Jason Kenney prenait le pouvoir en Alberta d’ici mai, il pourrait plonger notre Dominion dans une négociation constitutionnelle.

Coup d'oeil sur cet article

La colère noire de l’Ouest à l’égard du Québec est indéniable. Et pourrait avoir des répercussions concrètes — potentiellement constitutionnelles.

La sortie du premier ministre progressiste-conservateur Brian Pallister, du Manitoba, qui a pratiquement accusé François Legault de faire chanter Justin Trudeau, fut cette semaine une illustration éclatante de cette ire.

Puis, jeudi, un sondage de l’Angus Reid Institute confirmait ce qu’on pressentait : le Québec est la « province » la moins aimée du ROC. Considérée comme un enfant gâté. Malgré le déclin du souverainisme.

Justin Trudeau, hier à Québec, faisait dans le déni ; y voyait des tensions normales, anciennes. Au fond, on est fait pour s’entendre, a-t-il insisté.

Vent d’Alberta

Or, en Alberta, le parti qui pourrait prendre le pouvoir d’ici mai, le Parti conservateur uni de l’Alberta (disons PCUA) de l’ancien ministre conservateur Jason Kenney, pourrait déclencher une nouvelle ronde constitutionnelle.

À l’article D3 des statuts du PCUA, c’est écrit noir sur blanc : une fois au pouvoir, les conservateurs promettent de tenir un référendum par lequel l’Alberta « forcera le gouvernement fédéral » à ouvrir une « table de négociations » dont le sujet serait l’abrogation de l’article 36 de la Constitution de 1982, le programme de péréquation.

La Constitution m’érotise, comme vous le savez peut-être. Le verbe « forcer » n’est pas anodin ici, comme me le soulignait le professeur Patrick Taillon sur les ondes de Qub mardi.

Après un référendum gagnant, avec « majorité claire » à une « question claire », le gouvernement Kenney ferait adopter une motion en chambre exigeant le déclenchement de la négociation. Cela activerait l’« obligation de négocier » définie par la Cour suprême dans son célèbre Renvoi sur la sécession de 1998.

L’universitaire Ted Morton, entre autres, dans le Calgary Herald du 18 décembre, prônait cette solution à ce qu’il considère comme le « scandale » de la péréquation. Il estimait même que les Albertains voteraient OUI à 80 %.

La frousse de Charest

En octobre 2008, on l’a oublié, mais le Québec avait bien failli déclencher une négociation constitutionnelle. Minoritaire, Jean Charest au pouvoir venait de se montrer nationaliste, le mois précédent, en réclamant le rapatriement des compétences en matière de culture et de langue.

Dans l’opposition, l’ADQ et le PQ l’avaient pris au mot et avaient annoncé qu’elles feraient adopter une motion par l’Assemblée nationale réclamant une négociation sur le rapatriement de la culture, ce qui aurait activé « l’obligation de négocier ». La motion ne fut jamais votée puisque Jean Charest déclencha des élections pour ravoir les « deux mains sur le volant » ; justement.

Legault comme Bourassa ?

Si jamais l’Alberta plongeait bientôt le Dominion dans une négociation constitutionnelle autour du thème déchirant de la péréquation, François Legault pourrait revivre en partie ce que le Bourassa des années 1980 a vécu.

Chef libéral, Robert Bourassa prend le pouvoir en 1985 en promettant lui aussi un gouvernement concentré presque exclusivement sur l’économie.

Sauf que, de 1987 à 1992, le gouvernement Bourassa a été happé par le dossier constitutionnel. On me rétorquera que Bourassa avait, lui, des ambitions constitutionnelles.

Or, c’est aussi le cas de François Legault. Tapez « Un nouveau projet pour les nationalistes du Québec » dans un moteur de recherche. Vous tomberez sur le document du 8 novembre 2015 où la CAQ promet plusieurs choses, dont des pouvoirs en matière de langue, de culture, d’immigration. La CAQ réclame aussi des points d’impôt, la « péréquation zéro », la reconnaissance du Québec comme nation, un droit de veto pour le Québec, l’abolition du Sénat.

Bref, si une table de négociations s’ouvrait, le gouvernement de François Legault exigerait « Meech + + ». Le fruit constitutionnel mûrirait soudainement, lui qu’on croyait irradié.

Le carnet de la semaine

Poëti réplique à YFB

L’ancien ministre libéral Robert Poëti ruminait depuis des mois une vacherie d’Yves-François Blanchet. Il lui a répliqué sur Qub, jeudi. Quand Poëti devint PDG de la Corporation des concessionnaires d’automobiles du Québec, l’actuel chef bloquiste rappela que Poëti fut une caution d’intégrité pour le PLQ, puis lança : « Ben là, il s’en va vendre des chars usagés ». Poëti répliqua : « C’était un peu ordinaire. [...] Les gens qui disent des choses comme celles-là ne connaissent pas notre industrie ! »

« Dealmaker » ? Du trumpisme !

 

Mes oreilles de #mononc101 ne sont pas les seules à avoir été heurtées par l’utilisation du mot « dealmaker » par François Legault, à Paris, pour se décrire, lui, ainsi qu’Emmanuel Macron, président français. Le professeur Benoît Melançon soulignait hier à Qub que le seul homme d’État à se décrire ainsi est Donald Trump. Ce dernier s’est fait écrire un livre dans les années 1980 intitulé The art of the deal. Comparaison peu flatteuse pour M. Legault, suggère l’universitaire.

Compliments partisans

Elle était drôle la « Journée nationale du compliment » dans la twittosphère politique québécoise, hier. Le PLQ a tweeté qu’il aime les annonces de la CAQ, surtout quand elle reprend un de ses anciens projets. Réplique de la CAQ : « Nous, on aime quand vous sortez @drgbarrette en entrevue » ! Le PQ a poursuivi : « Nous, on aime que la @CoalitionAvenir fasse parfois des propositions qui font consensus, comme la réforme du mode de scrutin ! Oups... allô @LiberalQuebec »

La citation de la semaine

Des « prématernelles 4 ans [...], il n’y en aura pas à tous les coins de rue »

– Mathieu Lacombe, ministre de la Famille du gouvernement Legault