/news/currentevents
Navigation

Qui est le malfaiteur qui a cambriolé son restaurant?

Le Miel a été l’hôte de deux vols en moins de deux semaines en janvier

vol restaurant
Capture d'écran vidéo Le voleur a été bien capté sur la caméra de surveillance du restaurateur.

Coup d'oeil sur cet article

Un restaurateur montréalais dont le commerce a été cambriolé deux fois en moins de deux semaines ce mois-ci déplore l’inaction de la police.

« Le pire dans tout ça ? On m’a dit de surveiller l’individu que je soupçonnais et d’avertir la police si j’avais du concret », s’étonne Hakim Chajar, propriétaire du restaurant Miel sur la rue Centre, à Pointe-Saint-Charles.

Le restaurateur de 37 ans a pourtant remis les bandes vidéo et les photos des évènements survenus les 6 et 17 janvier.

Sur les séquences, on voit le même homme garer sa voiture devant le restaurant, scruter les lieux, fracasser une vitre et entrer calmement. Il s’empare de plusieurs bouteilles de vin, puis repart.

 

Fait surprenant : à la première occasion, l’individu a sévi à 7 h 45, à la vue des passants, sans toutefois se faire prendre.

En plus des dommages matériels, près de 3000 $ de bouteilles ont été dérobés.

« Il s’est bien gâté », dit le propriétaire, exaspéré.

Néanmoins, plus de deux semaines après les premiers méfaits, on lui répond qu’aucun enquêteur ne s’est encore enquis du dossier au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Du côté du SPVM, on affirme qu’une hiérarchisation des dossiers est effectuée selon la nature des crimes.

Dossier analysé

« Le processus d’enquête suit son cours. Le dossier est analysé dans un délai normal », explique Emmanuel Anglade, porte-parole du SPVM.

« Faut-il que je me fasse justice moi-même, un coup parti ? s’indigne Hakim Chajar. Je veux savoir ce que ça va prendre pour qu’une enquête démarre. »

Comme les fenêtres brisées sont de dimensions et de matériaux spéciaux, leur livraison peut prendre plusieurs semaines.

« Les gens paient presque 100 $ par repas, ici. Je ne veux pas les recevoir avec des planches de bois dans les fenêtres », argue M. Chajar. Il est donc contraint à fermer temporairement le restaurant, engendrant ainsi d’autres pertes.

« On ne s’attaque pas seulement à moi, mais également à mes employés. Ils ne peuvent pas travailler. Eux aussi doivent mettre du pain sur la table », ajoute-t-il.

Vont-ils revenir ?

Le Miel doit reprendre ses activités mardi. Le propriétaire craint toutefois que le malfaiteur revienne.

« Je vais devoir mettre de la surveillance de nuit », confie le restaurateur. Celui-ci avoue souffrir d’insomnie et pratiquement de paranoïa depuis le 6 janvier. Il peut se lever à toute heure pour effectuer des rondes de sécurité à son commerce.

« Je me suis senti agressé. Je suis prêt à remettre de l’argent à qui me donnera de l’information », conclut celui qui aimerait bien que la police « mette le bouton à on ».


► Hakim Chajar s’est notamment fait connaître à la compétition culinaire télévisée Les Chefs !, qu’il a remportée en 2014.