/opinion/columnists
Navigation

Attention, M. Trudeau...

Coup d'oeil sur cet article

L’année encore jeune se déroulera sous le signe de la politique fédérale. Les échanges entre François Legault et Justin Trudeau puis la visite à Québec de ce dernier n’en sont que des avant-goûts.

Le chef libéral aborde pourtant celle-ci avec légèreté. Samedi, ses ministres ont fait front commun pour offrir un non catégorique à l’idée d’une déclaration de revenus unique gérée par Québec, appuyée unanimement à l’Assemblée nationale et par les conservateurs d’Andrew Scheer.

Politicien-enfant

Devant le consensus des partis, Justin Trudeau s’était fait taquin, s’étonnant que l’Assemblée nationale se soit mise d’accord sur quelque chose. Or, plus de la moitié des lois y sont adoptées à l’unanimité. On reconnaissait bien là le politicien-enfant : prompt à la génuflexion devant tout un chacun, mais ferme et mesquin pour le Québec.

Vendredi, lors d’un dîner devant la Chambre de commerce de Québec, Justin Trudeau a également surpris par ses engagements vagues concernant les dossiers où la participation du fédéral est requise. En année électorale, à quelques semaines du dépôt d’un dernier budget et alors que plusieurs dossiers, comme celui du pont de Québec, n’ont pas avancé d’un pouce depuis son arrivée, on s’attendait à plus.

Le Québec pour acquis

Alors que la réélection et la majorité parlementaire du PLC dépendent plus que jamais du Québec, l’Ouest étant plutôt fâché et l’Ontario puis les Maritimes s’étant récemment teintés de bleu, M. Trudeau semble tenir le Québec pour acquis.

Il devrait faire attention. Andrew Scheer a peu impressionné jusqu’ici, mais la manière dont il a jadis manœuvré pour devenir le plus jeune président de la Chambre des communes puis chef du Parti conservateur prouve que le garçon est loin d’être bête. Quant au Bloc québécois, doté d’un nouveau chef, il n’a pas besoin d’un regain de la ferveur souverainiste pour redevenir un stationnement très confortable pour les mécontents.