/news/education
Navigation

École anglophone cédée au réseau francophone

La surpopulation des écoles franco a imposé ce choix

GEN-L'Ecole Riverdale dans la banlieue de Dollard des Ormeaux
Photo Agence QMI, Mario Beauregard L’école secondaire Riverdale, située à Pierrefonds, dans l’ouest de l’île de Montréal, peut accueillir jusqu’à 950 élèves. Or, seulement 450 y sont présentement inscrits.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre Jean-François Roberge utilisera un pouvoir rarement évoqué dans la Loi sur l’instruction publique pour exiger le transfert d’une école anglophone du West Island vers le réseau francophone, où les classes débordent en raison de l’afflux de nouveaux arrivants.

Ainsi, l’école secondaire Riverdale, située à Pierrefonds dans l’ouest de Montréal, sera cédée par la commission scolaire Lester-B.-Pearson à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) dès septembre, a appris notre Bureau parlementaire.

L’établissement peut accueillir quelque 950 élèves, mais seulement 450 jeunes y sont inscrits présentement. Ceux-ci seront transférés vers une autre école.

Des pourparlers étaient déjà en cours entre Lester-B.-Pearson et la CSMB, mais les négociations piétinaient.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a donc choisi d’utiliser l’article 477.1.1 de la Loi sur l’instruction publique, qui lui permet de forcer le transfert d’une école d’une commission scolaire à une autre.

« Je ne dirais pas que je l’impose [le transfert], je dirais que je l’accélère, affirme le ministre en entrevue. Je pense qu’on s’en allait dans cette direction-là, tranquillement, mais je craignais qu’on rate l’échéance de la rentrée scolaire 2019. »

Il souhaitait éviter un changement d’école en pleine année scolaire.  L’article 477.1.1 a rarement été utilisé dans le passé.

Appelés à se multiplier

Pour Jean-François Roberge, les transferts d’établissements du réseau anglophone vers le réseau francophone sont appelés à se multiplier.

Des négociations sont déjà entamées entre certaines commissions scolaires, mais Jean-François Roberge compte « accélérer le processus, parce qu’il y a définitivement un besoin dans le réseau francophone. »

Avec l’adoption de la loi 101 – qui limite l’accès des écoles anglophones aux enfants dont au moins un parent a fait la majorité de son primaire en anglais au Canada –, le réseau est passé de 260 000 en 1970 à 95 000 élèves aujourd’hui.

Pendant ce temps, les locaux de la CSMB débordent en raison de l’arrivée massive d’immigrants ainsi que de réfugiés et de la construction de nouveaux développements immobiliers.

En 2018, 2500 élèves se sont ajoutés dans les écoles de la CSMB.