/opinion/columnists
Navigation

La religion n’est pas une race!

Sarah Haider
Photo courtoisie Sarah Haider

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous Quillette ?

Fondé en 2015 par une journaliste australienne, ce magazine en ligne se définit comme une « plate-forme de la libre pensée ».

Les journalistes qui écrivent dans Quillette se foutent éperdument de la rectitude politique et croient que la meilleure façon de faire progresser l’humanité est d’échanger des idées — même des idées considérées comme « dangereuses » par les petits lapins.

Bref, c’est l’anti safe space.

« La gauche nous a trahis »

Récemment, Quillette a publié une entrevue fascinante avec Sarah Haider, la fondatrice de l’Association des ex-musulmans d’Amérique du Nord, un organisme créé pour « défendre l’acceptation de la dissidence religieuse, promouvoir les valeurs laïques et lutter contre les discriminations que subissent ceux qui quittent l’Islam ».

Née au Pakistan en 1999, cette femme courageuse (qui a émigré aux États-Unis avec sa famille alors qu’elle avait sept ans) reçoit régulièrement des menaces de mort de la part de musulmans qui n’acceptent pas qu’elle ait renié sa foi.

Dans l’entrevue qu’elle a accordée à Quillette (et qui a été publiée le 21 janvier dans le magazine Le Point), Sarah Haider n’est pas tendre envers la gauche.

« Quand quelqu’un arrache le hijab d’une femme voilée dans la rue, cette nouvelle fait le tour du monde. Mais personne ne parle de ce que les ex-musulmans doivent endurer, personne ne parle des persécutions dont nous sommes victimes.

« La gauche nous a trahis. Je suis sous le choc, cela me révulse. Cette trahison est d’autant plus douloureuse qu’en principe, ces gens devraient être de notre côté, nous soutenir dans nos efforts pour réformer l’islam et garantir les droits des individus dans les pays islamiques !

« Mais ils nous ferment la porte au nez, en disant que nous sommes islamophobes, que nous attisons la haine à l’encontre des musulmans et que nous faisons le jeu de l’impérialisme occidental. C’est absurde et révoltant. »

La religion dans la peau ?

Elle s’en prend aussi aux gens qui associent la critique de l’islam à du racisme.

« Ces gens pensent que la religion est inhérente aux musulmans, ils disent qu’insulter une religion, c’est comme se moquer de leur couleur de peau. Ils ont racialisé la religion ! »

Or, c’est faux : on ne naît pas musulman ! Une religion n’est pas une race qui nous est donnée à la naissance, comme la couleur de nos yeux et de nos cheveux, mais une idée, qu’on peut défendre ou rejeter !

De continuer Sarah Haider : « Ces gens subordonnent les droits des femmes aux droits culturels. Ils disent que la liberté individuelle et les droits des femmes sont des notions occidentales, et que les femmes non occidentales n’ont pas besoin de dignité humaine. C’est carrément du racisme. »

Madame Haider dit qu’elle a de plus en plus de difficulté à transmettre son message, car elle est barrée dans plusieurs universités, et les médias de gauche refusent de l’interviewer.

Si elle était une femme voilée, on la verrait partout, sur toutes les tribunes, mais vu qu’elle a renié sa foi et qu’elle défend la laïcité, elle est perçue comme une traîtresse.

Belle époque dans laquelle on vit, non ?