/entertainment/comedy
Navigation

Gad Elmaleh: joke volée, bye bye crédibilité

Le milieu de l’humour réagit au «nouveau» plagiat de Gad Elmaleh

Gad Elmaleh: joke volée, bye bye crédibilité
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Gad Elmaleh se retrouve dans l’eau chaude depuis que la chaîne YouTube CopyComic a mis en ligne un montage de 13 minutes dans lequel on voit l’humoriste reprendre presque littéralement des blagues de nombreux autres comiques, dont Martin Matte et Patrick Huard.   

Même si ces derniers refusent de commenter la situation, ce nouveau scandale de plagiat n’est pas passé inaperçu. À l’École de l’humour, Louise Richer indique que le «guide du parfait étudiant» de l’ÉNH comprend un règlement précis à propos du plagiat. S’il y a un cas de récidive, le fautif est renvoyé de l’école. En 30 ans d’existence, l’établissement n’a toutefois jamais renvoyé d’élève pour cette raison.  

«C’est arrivé que des élèves reprennent des gags qui avaient déjà été entendus, déclare la directrice. Mais on rencontrait la personne et il y avait une justification. Dans le cas de Gad Elmaleh, il y a répétition, c’est là que c’est accablant.»  

Très risqué  

Diplômée de l’École de l’humour en 2017, Léa Stréliski mentionne avoir entendu parler de deux cas de plagiat dans ses classes. «La pression est grande, il faut que tu livres, la compétition est forte. Parfois, tu cherches un raccourci. Mais c’est très mal vu et c’est très risqué de faire ça. Parce qu’une seule joke volée, et tu perds ta crédibilité».  

 Pour Charles Pellerin, finissant de l’ÉNH en 2016, les humoristes se parlent entre eux pour éviter que le matériel se ressemble trop. «J’ai le souvenir de quelques vendredis à l’École où des collègues arrivaient avec des blagues déjà entendues et le reste du groupe le leur disait. On est solidaires là-dessus».  

 Petit milieu  

Copropriétaire du Bordel Comédie Club, l’humoriste Charles Deschamps reconnaît que le plagiat en humour n’est pas un fléau répandu. «Ça l’est encore moins au Québec. On est un petit milieu. On se parle tous, on se voit tous. Quelqu’un ne peut pas sortir de quoi d’ailleurs sans que ça se sache. Les plus gros consommateurs d’humour sont les gens du milieu».  

Louise Richer ajoute que les coïncidences peuvent toutefois survenir. «Il y a une course à l’originalité, mais il peut y avoir des lieux communs. Par contre, quand les cas de plagiat s’accumulent, plaider la coïncidence est irrecevable. Gad, on ne peut plus lui donner le Bon Dieu sans confession».   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec l'auteur Louis-Philippe Rivard en compagnie de Sophie Durocher sur QUB radio :  

 

Barré au Bordel  

Gad Elmaleh est désormais persona non grata au Bordel Comédie Club, à Montréal. Le populaire établissement d’humour a annoncé mardi que l’humoriste français n’était plus le bienvenu sur sa petite scène, en raison des nombreuses accusations de plagiat qui pèsent contre lui. « Pour protéger les humoristes et les créateurs, nous avons décidé de bannir Gad Elmaleh de notre établissement », ont écrit sur Twitter les propriétaires du Bordel (Mike Ward, Louis-José Houde, Laurent Paquin, Martin Petit, François Bellefeuille, Charles Deschamps). En quatre ans d’existence, le Bordel n’a accueilli Elmaleh qu’une seule fois, pour un numéro de huit minutes.  

 Les plagiats sur Martin Matte et Patrick Huard  

Martin Matte
Photo d’archives
Martin Matte

Dans son spectacle L’autre c’est moi, sorti en 2005, Gad Elmaleh reprenait un extrait du spectacle Histoires vraies, de Martin Matte, paru en 2000. On y voyait Elmaleh refaire la même démarche que Matte avec des bottes de ski.  

Patrick Huard
Photo d'archives
Patrick Huard

En 2014, dans Sans tambour, Elmaleh a repris la même idée que Patrick Huard, dans l’émission Y sont pas plus fous que nous autres, diffusée en 1997. Dans les deux spectacles, les humoristes parlent des gens qui regardent dans le papier-mouchoir après s’être mouchés.  

 Ce qu’ils en pensent  

« Ça prend vraiment du culot pour plagier les gags d’un autre humoriste, surtout aujourd’hui avec Internet et les réseaux sociaux. » – Jean-Michel Anctil  

« Tout le monde sait que Gad Elmaleh est l’ultime pute du plagiat depuis longtemps ! » – Maxim Martin  

« C’est très important d’avoir le respect de la communauté en humour. C’est là qu’on prend son appui pour s’envoler après. Si on n’a pas ça, notre fondation s’écroule. » – Sylvain Larocque  

« Je trouve ça triste. Quand on fait de l’humour, qu’on est un auteur, on se définit selon notre créativité. » – Peter Macleod  

« C’est difficile de déterminer qui est le premier à avoir dit quelque chose. » – Josée Boudreault  

Propos recueillis par Marie-Josée Roy et Maxime Demers