/24m/transports
Navigation

Les trains de banlieue 20 % plus ponctuels que l’an dernier

Les trains de banlieue 20 % plus ponctuels que l’an dernier
Photo Agence QMI, Zacharie Goudreault

Coup d'oeil sur cet article

Les trois premières semaines de janvier 2018 avaient été catastrophiques pour les trains de banlieue montréalais, qui affichaient un taux de ponctualité moyen de 76 %. En 2019, celui-ci a augmenté à 96,6 %, soit au-delà de la cible de 95 %.

Même si quelques incidents sont survenus dans le réseau lundi matin, globalement, les clients d’exo ont moins patienté que l’an dernier sur les quais durant les trois premières semaines du mois.

La seule ligne qui se soit trouvée significativement sous la barre des 95 % est celle de Deux-Montagnes, qui est descendue à 87,5 % durant la semaine du 6 au 12 janvier.

Entretien hivernal

Pour ne pas revivre une autre saison froide avec autant de retards, exo dit avoir révisé en profondeur ses procédures d’entretien, en plus de faire remettre à niveau des voitures circulant sur la ligne Deux-Montagnes par Bombardier.

La société de transport a installé 56 couvercles sur des chauffe-aiguillages du réseau et 12 éléments électriques chauffants supplémentaires sur des aiguillages de la ligne Deux-Montagnes.

Un entretien préventif est fait sur les trains par les équipes de nuit de Bombardier, et les trains sont branchés la nuit dans les garages. Les locomotives sont démarrées à l’avance lorsque les conditions climatiques le requièrent.

En cas de fortes précipitations de neige ou de verglas, un train fait des allers-retours sur les lignes Deux-Montagnes et Mascouche pour prévenir la formation de glace, et l’entretien des trains est bonifié.

«Bien que le risque zéro en période hivernale n’existe pas, nous avons travaillé à améliorer de façon durable la fiabilité et la ponctualité des trains tout au long de la dernière année», résume Catherine Maurice, porte-parole pour exo.

Le REM cause déjà des problèmes

Pour expliquer les retards sur la ligne Deux-Montagnes lors de la deuxième semaine de janvier, exo énonce quelques facteurs de ralentissement, dont les travaux du Réseau express métropolitain (REM).

Depuis le 25 juin 2018, les trains de cette ligne et de celle de Mascouche doivent circuler sur une seule voie entre la gare Montpellier et l’entrée du tunnel Mont-Royal, ce qui complexifie la coordination de leur passage. La congestion ferroviaire qui en résulte peut mener à des retards.

«Les délais étaient plus simples à gérer avec une voie double, car les trains pouvaient se rencontrer de façon plus fluide», a expliqué Mme Maurice.