/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quelques réflexions sur le sondage

Quelques réflexions sur le sondage
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un sondage Mainstreet d'aujourd'hui indique une lune de miel prolongée pour la Coalition Avenir Québec comme on n'en voyait plus depuis l'essor des réseaux sociaux. L'explication, peu originale mais néanmoins vraie, réside dans le fait que nous sommes soulagés d'avoir quelque chose de nouveau après 15 ans au pouvoir du Parti libéral du Québec, et par le fait qu'aucun des deux principaux partis d'opposition n'a de chef en ce moment.
D'autres données sont à observer. Le PLQ et Québec solidaire se maintiennent au même niveau qu'à l'élection. La CAQ augmente, mais seulement au détriment du Parti québécois. Cela montre bien que François Legault réussit son pari de « bouffer » le PQ, tant au niveau de son électorat que de son personnel politique, et de positionner son parti comme la nouvelle formation nationaliste.
Le PLQ, donc, se maintient au même niveau qu'à l'élection, même en contexte où il n'a pas de chef et où on n'entend pas parler de lui. Ce parti n'est clairement pas fait pour l'opposition, il est incapable de savoir quoi faire de cette fonction. Par contre, il n'est « pas tuable ». Avec un chef, il ne pourra que remonter.
QS conserve également le même pourcentage qu'à l'élection. Cela pourrait sembler être une défaite objective, si tant est que le parti soit le seul parti d'opposition qui fasse vraiment du bruit. Ça n'en est pas une: la formation politique consolide ses soutiens du 1er octobre dernier alors qu'on aurait pu penser que ça n'aurait été que le résultat d'un effet « saveur du moment ». Ombre au tableau, cependant : le vote péquiste ne se déplace pas vers QS. Le soutien au PQ est tellement faible qu'il n'y a pas là de potentiel de croissance pour QS. Le parti devra aller creuser chez ces électeurs qui hésitaient, le 1er octobre dernier, « entre Manon et François ».
À suivre!