/world/america
Navigation

Venezuela: plus de 40 morts dans les manifestations

Venezuela: plus de 40 morts dans les manifestations
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 40 personnes ont été tuées et un nombre record de manifestants arrêtés la semaine dernière lors des marches de protestation contre le régime du président vénézuélien Nicolas Maduro, a annoncé mardi l’ONU.

• À lire aussi: Au Venezuela, la Russie risque de perdre un allié et des milliards $

• À lire aussi: Guaido dit s’être entretenu au téléphone avec Trump

Le porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Rupert Colville, a déclaré aux journalistes qu’ «un peu plus de 40 personnes avaient été apparemment tuées dans diverses circonstances». 

Lundi, plusieurs ONG locales ont fait état de 35 morts. 

La crise politique latente au Venezuela s’est brusquement aggravée la semaine dernière après la décision du jeune chef du parlement, Juan Guaido, de s’autoproclamer «président» par intérim.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues pour réclamer le départ du président Maduro, accusé d’avoir ruiné ce pays pétrolier jadis prospère. 

Parmi les personnes tuées, a précisé M. Colville, au moins 26 ont «apparemment été touchées par des tirs des forces de sécurité ou des membres de groupes armés progouvernementaux pendant les manifestations». 

«Au moins cinq autres victimes ont apparemment été tuées par des forces de sécurité au cours de perquisitions illégales dans des banlieues pauvres», a-t-il ajouté.

Onze autres personnes ont été tuées par des inconnus liés à des pillages, a poursuivi le porte-parole, ajoutant qu’un membre de la garde nationale bolivarienne a apparemment trouvé la mort.

Évoquant les 850 arrestations de la semaine dernière, il a relevé que pour la seule journée du 23 janvier, au moins 696 personnes avaient été interpellées dans tout le pays. 

«Il s’agit du plus grand nombre d’arrestations enregistrées en un seul jour depuis au moins 20 ans», a souligné M. Colville.

Fort d’un soutien international croissant des États-Unis, d’une grande partie de l’Europe et de l’Amérique latine, Juan Guaido a appelé à deux nouvelles manifestations cette semaine, mercredi et samedi.