/finance/business
Navigation

Téo Taxi: une absence remarquée de l'ex-dragon Alexandre Taillefer

Alexandre Taillefer photographié lors de meilleurs moments dans une voiture de taxi Diamond, en 2016.
Photo d’archives Alexandre Taillefer photographié lors de meilleurs moments dans une voiture de taxi Diamond, en 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Le fondateur et actionnaire de Téo Taxi, Alexandre Taillefer, demeurait introuvable mardi. L’homme d’affaires n’était même pas présent au point de presse pour annoncer la fin de l’aventure du transporteur dans les rues de Montréal.

L’ex-participant à l’émission Dans l’oeil du dragon a pourtant habitué les Québécois à sa présence sur de nombreuses tribunes au fil des ans.

Le Journal a tenté de le joindre à plusieurs reprises mardi. Il n’a pas rappelé.

Lettre ouverte

Mercredi matin, il a publié une «lettre ouverte» dans des médias directement adressé au premier ministre François Legault dans laquelle il fait un mea culpa et dit assumer la responsabilité de cet échec.

Sa dernière sortie publique à propos de Téo Taxi remontait à plus de trois mois, soit le 11 octobre, quelques jours après la dure défaite du Parti libéral encaissée aux élections provinciales.

M. Taillefer, qui dirigeait la campagne libérale, avait d’ailleurs eu du mal à cacher sa déception face à ce revers historique du PLQ alors que son «bébé» Téo Taxi, lancé en 2016, demeurait un «dossier très complexe» à gérer.

Du positif

Dans une entrevue accordée à l’animateur Paul Arcand de la station 98,5 FM, M. Taillefer précisait pourtant que la situation financière de Téo Taxi s’améliorait.

«Les pertes sont moins importantes qu’avant. Les signes vitaux sont positifs. Les bilans s’améliorent», avait-il laissé entendre, ajoutant que l’entreprise n’était toujours pas profitable.

L’homme d’affaires soutenait toutefois que Téo Taxi demeurait «un casse-tête au niveau opérationnel» générant un chiffre d’affaires annuel entre 40 et 50 millions $, tout en perdant entre 3 et 4 M$.

Question de faire le vide, Alexandre Taillefer serait également allé se ressourcer en Europe ces derniers mois.

Compostelle

Sur sa page Facebook, l’entrepreneur disait vouloir partir 10 jours pour marcher 250 kilomètres le long du chemin de Compostelle, au Portugal, «question de méditer un peu, et de jaser beaucoup».

Il faut dire que M. Taillefer n’est jamais retourné au conseil d’administration de Taxelco, la société mère de Téo Taxi. Il avait donné sa démission en mai, après avoir accepté la présidence de la campagne électorale du Parti libéral.

Le fonds XPND Croissance qu’il dirigeait comme associé principal était pourtant un important actionnaire de Taxelco.