/world/america
Navigation

À Rio de Janeiro, l’été le plus chaud depuis près d’un siècle

À Rio de Janeiro, l’été le plus chaud depuis près d’un siècle
AFP

Coup d'oeil sur cet article

 Rio de Janeiro a vécu son mois de janvier le plus chaud depuis 1922, date des premiers relevés de chaleur, selon l’Institut de météorologie (Inmet) qui a enregistré une température moyenne de 37,4 degrés Celsius.

 « Janvier 2019 est le mois plus chaud d’une série historique », a déclaré à l’AFP Thiago Sousa, météorologiste de l’Inmet. 

 La température record dans la « ville merveilleuse » a été enregistrée le 3 janvier, lorsque le thermomètre a atteint 41,2 degrés. Jeudi, dernier jour de janvier, le mercure est monté jusqu’à 40 degrés. 

 À la grande joie des touristes et estivants, qui envahissent les plages de Rio depuis le mois de décembre, cette vague de chaleur est accompagnée de très faibles pluies, quelque chose d’ « atypique » en cette saison, souligne Thiago Sousa. 

 Ce phénomène peut s’expliquer par le « blocage atmosphérique » qui empêche l’arrivée de fronts froids venant du Sud, a-t-il ajouté. 

 La topographie de la ville, située au niveau de la mer et entourée de collines, facilite aussi ces températures élevées, a conclu Thiago Sousa.

L’Australie a connu son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré 

L’Australie a connu son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, avec une température moyenne de 30 degrés Celsius, accompagnée d’une sécheresse dévastatrice et des feux de brousse qui ont contribué à la mort massive de poissons, a-t-on indiqué vendredi de source officielle. 

Il s’agit de la moyenne la plus élevée pour un mois de janvier depuis qu’on enregistre les températures en Australie.

À Rio de Janeiro, l’été le plus chaud depuis près d’un siècle
REUTERS/David Gray

«Nous avons vu les effets de la vague de chaleur toucher d’importantes parties du pays à travers la plupart du mois, avec des records battus tant sur la durée qu’en ce qui concerne les températures extrêmes enregistrées pour une journée», a indiqué un responsable du bureau de climatologie, Andrew Watkins.

Selon lui, les conséquences du réchauffement climatique global, qui a vu les températures en Australie croître de plus d’un degré Celsius ces 100 dernières années, «ont aussi contribué» à la vague de chaleur enregistrée en janvier 2019.

Les pluies ont aussi été en dessous de la moyenne dans l’ensemble de l’Australie pour le mois de janvier, selon la même source.

La température la plus élevée en janvier a été de 49,5 degrés Celsius et a été relevée le 24 janvier dans le sud de l’Australie.

Plus d’un million de poissons sont morts en raison de cette vague de chaleur dans le bassin du Murray-Darling, rivière qui traverse cinq États dans l’est du pays.