/opinion/columnists
Navigation

Les petits colonisés du PLC

Le spectacle de la soumission est gênant.
Photo Didier Debusschère Le spectacle de la soumission est gênant.

Coup d'oeil sur cet article

Mario Beaulieu, qui est député pour le Bloc québécois à la Chambre des communes, fait en ce moment la promotion d’une proposition de simple bon sens : modifier la loi fédérale sur la citoyenneté pour faire en sorte que les immigrants qui obtiennent la citoyenneté au Québec soient obligés d’avoir une maîtrise adéquate du français.

Ce n’est pas le cas en ce moment : le Canada se présente comme un pays bilingue et il se montre bien indifférent au fait que le français soit au Québec la langue officielle, celle à laquelle on doit s’intégrer.

Français

Quoi qu’il en soit, Mario Beaulieu voudrait présenter son projet, mais les libéraux multiplient les manœuvres parlementaires pour que cela ne soit pas possible. Ils ne veulent pas se contenter de le battre. Ils veulent tout simplement empêcher qu’on le discute. Alors Mario Beaulieu, qui n’est pas du genre à se laisser intimider, a demandé en chambre cette semaine à Pablo Rodriguez, le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, qui est aussi élu au Québec, si son projet de loi pourrait être débattu.

Commence alors une scène gênante, un peu minable, qui nous rappelle à quel point les Québécois qui veulent se faire bien voir par le régime canadien doivent se retourner contre leur propre peuple. À la manière d’un parfait colonisé, fier de multiplier les effets de toge et d’insulter ceux qui défendent le droit de son peuple de vivre dans sa langue, et tout cela pour se faire applaudir par ses maîtres, il accuse le Bloc de vouloir diviser les Québécois sur la base de la langue, de la culture et de la couleur. En d’autres mots, de la race.

Écoutez Les idées mènent le monde une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés..

 

Ah bon ? Défendre le français, c’est raciste ? Demander que le gouvernement fédéral respecte la volonté des Québécois de vivre dans leur langue, sans se sentir étrangers chez eux, c’est de la division ? Ce qui est ironique, dans tout cela, c’est que Rodriguez est le député de la circonscription Honoré-Mercier, le premier premier ministre nationaliste québécois dans l’histoire de la Confédération, qui s’était dressé contre l’assimilation brutale des Canadiens français. Le moins qu’on puisse dire est qu’il ne lui fait pas honneur.

Rodriguez

Redisons-le : Rodriguez hurle, gueule, à la manière d’un francophone de service bien dressé pour servir le maître d’Ottawa. Et comme de fait, ses collègues l’applaudissent, comme s’ils étaient au cirque. Oh qu’il est capable de belles pirouettes verbales le député ! Cela nous rappelle une chose : quand un Québécois veut se faire voir au Canada, il doit le faire en grimpant sur la tête des siens. Ce spectacle fait honte. Ce spectacle est gênant. Mais ce spectacle est banal. Tel est le sort du peuple québécois au Canada.

Allez voir cette scène sur internet.

Il est fascinant, dans les circonstances, qu’on ose encore remettre en question la pertinence du Bloc québécois à Ottawa. Plus que jamais, les nationalistes doivent pouvoir se faire entendre à Ottawa.