/finance/business
Navigation

Marché du travail: le fossé s’accroît entre Montréal et le reste du Québec

Back view of businessman typing on laptop
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Le vieillissement de la population accentue le clivage sur le marché du travail entre la région de Montréal et le reste de la province, ce qui pourrait être néfaste pour le Québec.

C’est le constat que dresse l’Institut du Québec (IDQ) dans son «Bilan 2018 de l’emploi au Québec», publié jeudi et qui met en relief les effets du vieillissement de la population sur le potentiel de croissance, et ce, jusqu’à 2030, mais aussi la fracture entre Montréal et les autres régions.

En l’occurrence, alors que la métropole a vu son nombre d’emplois croître de 30 200 en 2018, le reste du Québec a accusé un recul de 30 500 emplois. Sur trois ans, c’est plus de 85 % de la création d’emploi qui est survenue dans la métropole, note l’IDQ sous la plume de sa directrice Mia Homsy.

«Ce clivage s’explique principalement par le contexte démographique: entre 2011 et 2017, la population âgée de 15 à 64 ans a diminué dans les régions du Québec alors qu’elle continuait de croître dans la métropole. Cette situation n’est pas non plus étrangère à la concentration de l’immigration à Montréal», indique l’Institut.

La situation inquiète l’IDQ, d’autant que selon ses prévisions, «cet écart devrait continuer de s’exacerber, limitant ainsi le potentiel de croissance de l’emploi dans plusieurs régions du Québec». L’étude donne l’exemple du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

«Alors qu’en région la hausse des postes vacants semble être davantage occasionnée par le vieillissement de la population, on se demande si elle ne s’expliquerait pas à Montréal par plus d’inadéquation entre les talents et les besoins», se demande l’IDQ.

Selon l’IDQ, les politiques publiques doivent être repensées et le gouvernement doit réagir rapidement et faire preuve d’un leadership fort, dès le prochain budget, si possible.

Quelques pistes de solutions sont aussi proposées. «Il faut tout d’abord s’affranchir des approches traditionnelles, qui reposaient sur l’obsession de créer à tout prix des emplois», préconise Mia Homsy, directrice générale de l’IDQ.

Elle croit qu'un meilleur portrait de cette nouvelle réalité doit être dressé. «Les gouvernements doivent mettre à profit tous les leviers dont ils disposent pour atténuer les effets néfastes de ce vieillissement: accroître le bassin de travailleurs potentiels, rehausser le niveau de compétences, mieux arrimer l’offre et la demande de compétences et accélérer l’automatisation et le virage numérique», a précisé Mia Homsy.

Création d’emploi au Québec sur 10 ans:

- Montréal: 277 000

- Ottawa-Gatineau: 57 900

- Québec: 46 200

- Sherbrooke: 11 300

- Trois-Rivières: 3700

- Saguenay: -3300

En 2018:

- 30 200 postes créés à Montréal

- 30 500 postes perdus dans le reste de la province

Depuis décembre 2015, 85 % des emplois ont été créés dans la métropole