/opinion/columnists
Navigation

Hystérie anti-Trump

Coup d'oeil sur cet article

« Pensez juste ou pensez faux, mais pensez par vous-même ! » Voilà le sage conseil auquel la marquise de Sévigné exhortait sa fille en 1680. Dommage que personne ne le suive !

La technologie permet de s’informer et d’exprimer son opinion comme jamais auparavant. Pourtant, la pensée unique revêt aujourd’hui les dimensions d’une dictature virulente et impitoyable, particulièrement s’il s’agit de Donald Trump.

Haine

Sur toutes les tribunes comme dans la sphère privée, il est devenu quasi obligatoire de carburer à la haine viscérale, systématique et impérieuse du président américain. Plus la critique est vitriolique, plus les adjectifs sont assassins, mieux c’est. Être l’apôtre de cette domination idéologique serait même un signe d’intelligence, d’érudition, voire de supériorité morale. En revanche, quiconque aurait l’outrecuidance d’être plus nuancé serait taxé, au mieux, d’imbécile profond ou d’irrécupérable inculte. Bref, l’acceptation sociale passe par la détestation de Trump jusqu’au délire.

Pourtant, l’honnêteté intellectuelle exige nuance et objectivité !

Certes, Trump est fruste, il s’exprime sans filtre, s’affranchit des normes et des simagrées diplomatiques, et ses tactiques sont déstabilisantes. Mais ne confondons pas le personnage et ses accomplissements politiques !

Rigueur

Trump résiste majestueusement aux tirs groupés de ses opposants et à l’intimidation médiatique. Il dit ce qu’il pense. Il pense ce qu’il dit. Et il fait ce qu’il dit. Comme promis, il a réduit les impôts, renégocié l’ALENA, favorisé le retour d’entreprises manufacturières, prolongé le pipeline Keystone, agi contre l’immigration illégale, et même ouvert le dialogue Pyongyang ! Sur le plan de l’économie, la croissance est enviable et le chômage est à son plus bas niveau en 48 ans.

Trump n’est pas un ange et sa diplomatie est hétérodoxe. Mais il n’est pas non plus l’incarnation du mal. Selon le New York Times, Justin Trudeau fait de la « diplomatie des chaussettes ». Entre hétérodoxie et politique kumbaya, il n’y a aucune honte à penser par soi-même et à préférer l’hétérodoxie !