/news/politics
Navigation

Legault prié de se rétracter

Ses propos tenus à Gatineau deux jours après la commémoration de la tuerie de Québec ne passent pas

Legault prié de se rétracter
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault a provoqué un tollé en affirmant qu’il n’y a « pas d’islamophobie au Québec », ce qui a forcé son entourage à essayer de corriger le tir. Il ne s’est toutefois pas rétracté comme plusieurs le réclament.  

« Ce que M. Legault voulait dire, c’est qu’il n’y a pas de courant islamophobe au Québec, a-t-on nuancé au cabinet du premier ministre, hier. Il y en a des gens racistes. » 

 Contrairement à ce qu’ont réclamé le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) et le Centre culturel islamique de Québec , au moment d’écrire ces lignes, M. Legault ne s’était toujours pas rétracté publiquement. 

 Le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, est aussi sorti du caucus présessionnel de sa formation politique qui se déroulait à l’Assemblée nationale, vendredi matin, pour exiger une rétractation formelle de la part du premier ministre. 

 Vivre « dans une bulle » 

 «Le premier ministre semble vivre dans une bulle pour ne pas voir que l’islamophobie existe au Québec», a déploré M. Arcand. 

 L’arrestation de Pierre Dion, un «troll» de l’Internet qui s’est porté à la défense du tueur de la grande mosquée de Québec, démontre d’ailleurs à quel point François Legault a tort d’affirmer qu’il n’y a « pas d’islamophobie au Québec », selon les libéraux. 

 « Le rôle d’un premier ministre, c’est d’être un rassembleur pour l’ensemble des Québécois », a rappelé M. Arcand.Plus tard, en point de presse, le chef parlementaire libéral a ajouté que les propos tenus par François Legault sont de nature à créer « des divisions » au sein de la société.

Les musulmans insultés

Les porte-parole des communautés musulmanes n’ont pas été tendres non plus envers M. Legault.

« Ces commentaires [...] sont absolument insultants pour les familles des victimes et les communautés musulmanes québécoises et canadiennes qui continuent de vivre un deuil dans la foulée de cette tragédie », a dénoncé Ihsaan Gardee, directeur exécutif du CNMC, dans un communiqué.

Dans une lettre adressée au premier ministre, le président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, abonde dans le même sens et qualifie les propos de M. Legault de « dérapage » et « d’insulte à notre intelligence ».

Les propos de François Legault ont aussi trouvé écho à Ottawa. « Il suffit de faire un tour sur les commentaires sur les réseaux sociaux des différents médias pour constater qu’il y a de l’islamophobie au Québec », a réagi de son côté le député libéral Joël Lightbound, qui est resté « perplexe » devant les propos de M. Legault.

« François Legault soutient que l’islamophobie n’existe pas. S’il lisait les commentaires laissés sur sa propre page Facebook, il changerait probablement d’idée », a écrit, dans le même sens, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en relayant de nombreux exemples de commentaires haineux sur Twitter.

  Lisez la lettre du Centre culturel islamique de Québec adressée au premier ministre Legault  

  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.