/sports/hockey
Navigation

Un rendez-vous manqué par les Sags

Les Saguenéens de Chicoutimi se sont écroulés en troisième période face à l’Océanic de Rimouski

Un rendez-vous manqué par les Sags
Photo d'archives, Agence QMI, Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | À la suite d’une escale fructueuse dans l’est du pays, les Saguenéens de Chicoutimi n’ont pas été en mesure de poursuivre sur leur lancée, s’inclinant par la marque de 6-2 face à l’Océanic de Rimouski, vendredi soir devant près de 3000 spectateurs au Centre Georges-Vézina.

Les Rimouskois ont du même coup signé un huitième triomphe d’affilée en plus de freiner la séquence victorieuse des Sags à sept. Sachant que les deux équipes croiseraient le fer si les séries éliminatoires commençaient ce soir, l’émotion était au rendez-vous dès la mise en jeu initiale.

«Souvent, c’est ce qui se produit lorsque tu reviens d’un bon voyage. Tu espères que ça n’arrive pas. On n’était pas sur la rondelle et on n’a pas mis de pression sur l’adversaire. J’ai trouvé qu’on a glissé beaucoup tout au long de la soirée», a analysé l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean.

Les Saguenéens ont rapidement mis le momentum de leur côté lorsque Gabriel Villeneuve a fait mouche sur le premier tir dirigé vers le gardien de l’Océanic Colten Ellis. La bande de Serge Beausoleil a toutefois trouvé le moyen de riposter quand Jimmy Huntington s’est faufilé entre les défenseurs avant de glisser le disque entre les jambières d’Alexis Shank.

Lors du deuxième tiers, l’attaquant russe Vladislav Kotkov a redonné les devants aux Sags à l’aide d’un lancer sur réception, mais l’Océanic a rapidement oublié la réplique de leur adversaire grâce à cinq buts sans réplique.

Le tchèque Radim Salda ainsi que les attaquants Vincent Martineau, Dmitry Zavgorodniy, Anthony Gagnon et Carson MacKinnon ont jumelé leur effort pour clouer le cercueil des favoris de la foule et ainsi procurer les deux points à l’enjeu à l’Océanic.

Shank fait des miracles

Auteur de 35 arrêts, le gardien des Saguenéens Alexis Shank n’a pas eu grand-chose à se reprocher malgré la défaite. Le Lavallois de 18 ans a fermé la porte à plusieurs reprises empêchant les Rimouskois d’élargir leur avance.

«Shank (Alexis) a été extraordinaire. Il nous a donné une chance jusqu’en troisième période. Il faut donner crédit à l’Océanic. Il était définitivement le meilleur club sur la patinoire», a souligné coach Jean.

Les Chicoutimiens tenteront de retrouver le chemin de la victoire cet après-midi, dès 16 h, alors qu’ils rendront visite au Drakkar de Baie-Comeau.