/finance/pme
Navigation

De la biologie à la ferme

Donald Dubé et Laurence Fischer pratiquent l’agriculture bio-intensive au Bas-Saint-Laurent

Donald Dubé et sa conjointe Laurence Fischer à leur ferme à Saint-Valérien
de Rimouski.
Photo courtoisie Donald Dubé et sa conjointe Laurence Fischer à leur ferme à Saint-Valérien de Rimouski.

Coup d'oeil sur cet article

Donald Dubé travaillait depuis plus de 10 ans comme consultant en environnement quand il a décidé de devenir producteur agricole.

En 2010, il a fondé la Ferme du vert mouton, établie à Saint-Valérien de Rimouski.

« C’était maintenant ou jamais », explique-t-il.

C’était un rêve qu’il nourrissait depuis longtemps, lui qui a eu la piqûre de l’agriculture alors qu’il travaillait à une ferme durant les vacances scolaires.

Daniel Dubé a toutefois pris le temps qu’il fallait pour préparer son projet d’entreprise.

« On ne s’improvise pas producteur maraîcher du jour au lendemain, raconte le biologiste de formation. J’ai donc avisé mon patron que je voulais avoir une ferme et que je me donnais deux ans pour la démarrer. C’était aussi une façon de bien préparer ma sortie. »

De l’aide au démarrage

Durant cette période, il a fait pousser des légumes et des petits fruits sur son lopin de terre dans le Bas-Saint-Laurent afin d’apprivoiser son futur métier. Une production à petite échelle qui lui permettait d’approvisionner une dizaine de familles avec ses paniers hebdomadaires durant la belle saison.

Il s’est aussi mis à la recherche d’une ferme à vendre qu’il a trouvée au bout de plusieurs mois. Le temps de peaufiner son plan d’affaires, de réaménager les bâtiments et de bien préparer les sols, il était fin prêt à entamer sa nouvelle vie.

Au démarrage, en plus d’un soutien financier de la Financière agricole, il a pu bénéficier d’un programme du ministère de l’Agriculture pour favoriser la relève à la ferme, ce qui lui a donné « un grand coup de main. Malheureusement, il n’existe plus », déplore-t-il.

Au départ, Donald Dubé visait trois types de productions : la culture maraîchère, les pousses sur terreau et l’élevage de moutons.

Il a dû mettre ce dernier projet sur la glace, trop accaparé par le reste.

« Je ne soupçonnais pas qu’on aurait autant de succès avec les fruits et les légumes. C’est ce qui fait que je suis encore en attente de mes moutons », lance-t-il en riant.

Le volume de production a augmenté rapidement. La Ferme du vert mouton vend aujourd’hui 125 paniers par semaine de produits biologiques comparativement à 25 en 2010. Elle approvisionne le marché public de Rimouski en plus de quelques épiceries et restaurants, dont Chez St-Pierre, à Bic, propriété de Colombe St-Pierre, élue chef de l’année au Québec en 2018. « Nous sommes son principal fournisseur en pousses et en légumes. »

Une agriculture à haut rendement

Donald Dubé pratique l’agriculture bio-intensive, une méthode de production qui consiste à tirer le maximum de rendement sur de petites surfaces, sans engrais ni pesticides.

« Le rendement à l’hectare peut atteindre 100 000 $ dans des régions au climat propice comme la Montérégie. Au Bas-Saint-Laurent, où il fait plus froid, on obtient un peu moins, mais ça reste très rentable », explique le producteur.

Il exploite actuellement 1,4 hectare pour la production maraîchère en plus des serres d’une superficie totale de 5000 pieds carrés. En 2019, il cultivera un hectare supplémentaire pour répondre à la demande.

« J’ai eu la chance de démarrer au début de la vague de popularité des paniers de produits biologiques. Aujourd’hui, la ferme est bien établie », explique Donald Dubé.

Son projet personnel est devenu une histoire de famille. Sa femme, qui l’appuie dans sa démarche depuis le début, a décidé de joindre la ferme à temps plein en 2013, une fois son doctorat en biologie en poche.

Le producteur s’est aussi découvert un intérêt pour l’engagement communautaire. Il est conseiller municipal depuis deux ans. Il s’active également dans la création d’une cuisine communautaire, un projet intergénérationnel qui vise à lutter contre la perte alimentaire. Il a à cœur de contribuer à la relance du monde rural et plus largement à la vitalité économique de la région.

« Si on veut gagner en autonomie alimentaire, il faut produire davantage. »

Son parcours

  • Donald Dubé, 48 ans
  • Baccalauréat en biologie, Université du Québec à Rimouski, 1998
  • Chargé de projet, Activa Environnement, 2005 à 2009
  • Cofondateur de la Ferme du vert mouton, 2010

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

  • « De ne jamais avoir précipité le démarrage de la production ovine. Le bon timing ne s’est pas encore présenté... »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

  • « De ne pas avoir débuté cette grande aventure plus tôt ! »

Vous avez vécu la même expérience. Écrivez-nous : pmeinc@quebecormedia.com