/lifestyle/columnists
Navigation

La magie du Super Bowl

0202-maxime martin
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

C’est le week-end du Super Bowl, mieux connu comme le congé religieux des fans de la NFL. Personnellement, je suis convaincu qu’il y a plus de prières prononcées par les partisans ce dimanche-là que tout le reste de l’année.

Encore une fois, il faut endurer les fans des Patriots, qui sont insupportables. Je le sais, j’en ai déjà été un. Pour ceux qui ne sont pas au courant, j’ai cassé avec le beau Tom Brady il y a trois ans, lorsqu’il a avoué son amitié avec Donald Trump.

Je sais, on ne doit pas mélanger politique et sport, mais j’ai mes limites. Tout ce qui touche le président Trump me lève le cœur.

Avant ma rupture avec le quart-arrière Tom Brady, je peux quand même proclamer que j’étais un vrai fan des Pats. Bien avant Brady, mon amour pour cette équipe remonte à l’époque de Tony Eason. Qui, vous dites ? Exact !

Quatre-vingt-dix pour cent des fans des Pats le sont seulement depuis que Brady est le quart-arrière partant, chose qui est la plus facile à faire. Moi, j’ai connu les saisons de quatre victoires de l’époque, donc avant de me faire des commentaires sur ma décision, il vous reste quelques croûtes à manger.

Le meilleur de l’histoire

En fait, une fois que le beau Tom va prendre sa retraite, regardez bien le nombre de « fiers » partisans des Pats qui vont se chercher une nouvelle équipe à supporter.

En même temps, je suis quand même capable d’admettre que c’est clairement le meilleur de tous les temps. C’est tout simplement incroyable de voir ce qu’il peut faire année après année avec le ballon, peu importe qui est dans sa formation.

Oups, est-ce que je suis en train d’avoir un moment de faiblesse ?

J’imagine que c’est normal. Dans chaque rupture, il y a toujours ce moment où tu croises ton ex et que tu te demandes si tu n’as pas fait une erreur... Mais bon, on se calme, je suis sûr que c’est pour le mieux.

Pas crédible

Le pire, c’est qu’après la victoire des Pats contre Kansas City, la première chose qui est sortie de ma bouche a été : « De la marde ! Je ne regarde pas le Super Bowl cette année ! » Je l’ai même dit à tous ceux qui voulaient l’entendre et, évidemment, tous mes chums sont partis à rire.

Comme une maman qui regarde son enfant faire le bacon dans un magasin de jouets, j’avais à peu près la même crédibilité aux yeux des boys.

Donc, oui, je pile sur mon orgueil et, évidemment, je vais regarder le Super Bowl, mais seulement pour voir Maroon 5 à la mi-temps...

Bon. Je sais, encore une fois, je n’ai aucune crédibilité.

Presque infidèle

Mais le gros problème chaque année c’est, où est-ce que je vais le regarder ? Est-ce que je suis le seul qui se sent coupable de dire non à certains chums pour le regarder avec d’autres chums ? C’est ridicule, je me sens presque infidèle.

L’année passée, je suis même parti d’un party à la mi-temps pour regarder la deuxième moitié avec une autre gang, comme une espèce de garde partagée de football.

Alors, bon Super Bowl tout le monde ! Comme chaque année, ce que l’on souhaite avant tout, c’est une bonne game et que les ailes de poulet et tout le reste soient à la hauteur aussi. C’est ce qui est génial de ce dimanche magique, c’est que t’as pas le droit de te sentir coupable de te bourrer la face.

Et pas le choix de me confesser, même si j’espère une victoire des Rams de Los Angeles, que ça se peut que j’aie un petit sourire en coin si Tom en gagne un autre.