/sports/fighting
Navigation

Le gâteau a levé pour Kovalev

Le gâteau a levé pour Kovalev

Coup d'oeil sur cet article

 FRISCO, Texas | Sergey Kovalev s’est relevé de belle façon samedi soir après avoir subi sa pire défaite en carrière il y a six mois.

Le Russe a bien boxé pour redevenir champion du monde du World Boxing Association (WBO). Il ne s’est pas compliqué la vie. Pour une rare fois dans sa carrière, il a écouté les consignes de son entraîneur et il a obtenu le résultat souhaité.   

 Par contre, Eleider Alvarez l’a fait bien paraître en étant trop passif. Il a permis à Kovalev de prendre le centre du ring dès les premières secondes du duel. Le Russe a pu exécuter le plan de match de Buddy McGirt sans trop s’inquiéter.  

 Le clan d’Alvarez croyait que Kovalev manquerait d’essence dans la deuxième portion du combat, comme ce fut le cas en août dernier. Par contre, Alvarez et son équipe ont perdu ce pari. Kovalev a été en mesure d’avoir l’énergie nécessaire pour finir l’affrontement en force.  

 Ce département est l’affaire de Teddy Cruz.  

 « Pour qu’un gâteau lève, il faut avoir tous les bons ingrédients, a indiqué le préparateur physique au Journal de Montréal. On n’a rien fait de spectaculaire avec Sergey.  

 « On a simplement équilibré ses entraînements. On a notamment travaillé sur ses abdominaux et ses jambes. Il a bien écouté nos directives, et on a trouvé une façon de lui faire comprendre ce qui était mieux pour lui. » 

 Entre la pesée et le combat, Kovalev a seulement gagné une dizaine de livres. Pour sa part, Alvarez a gagné une quinzaine de livres.  

 Pas de point de presse 

 Les médias montréalais ont tenté d’avoir des réactions de Kovalev à la sortie de son vestiaire. Toutefois, le Russe n’a pas voulu se plier à nos demandes.  

 Il a continué son chemin vers l’ascenseur avec les membres de son équipe. Il est sorti du Ford Center avant de se diriger vers sa chambre à l’Omni. Encore une fois, il devait craindre les questions sur sa présumée agression en Californie.  

 Par contre, cette peur n’était pas justifiée. On voulait seulement recueillir ses impressions sur le combat, mais ce ne fut pas possible.