/news/health
Navigation

Un dentifrice naturel et révolutionnaire?

Le dentiste et inventeur québécois y croit beaucoup

dentiste
Photo courtoisie Le Dr Jacques Véronneau tient un emballage de pâte dentifrice CarieØ.

Coup d'oeil sur cet article

Une pâte dentifrice naturelle inventée par un dentiste québécois et qui réduit de 60 % le risque de carie se retrouvera d’ici la fin février sur les tablettes des grandes pharmacies.

« Demain matin, si tous les gens prenaient cette pâte-là, ça serait l’idéal. Ils réduiraient les risques de caries et empêcheraient le processus de destruction dans la bouche en abaissant les bactéries à potentiel pathologique, en prévenant l’infection », affirme le Dr Jacques Véronneau, après de nombreuses années de recherches.

Le dentiste de Saint-Jean-sur-Richelieu se réjouit de voir son dentifrice CariØ (Carie Zéro), commercialisé par la compagnie Oral Science, être mis en vente au Québec, lui qui espère réduire le nombre de caries dans la province. Depuis le 7 janvier, il est possible pour les dentistes de s’en procurer.

« Quand on informe les gens de ce que ça fait, tout le monde est intéressé. J’en avais commandé 108 cette semaine et tout a été vendu », témoigne-t-il.

Pas plus cher

Le prix du tube de pâte dentifrice qui est composé à 25 % de xylitol, un édulcorant 100 % naturel et extrait de sources végétales, sera comparable aux marques qui sont déjà vendues, selon lui.

Les dentifrices vendus présentement à base de fluorure ne diminuent pas les bactéries responsables de la formation de caries de manière optimale, poursuit-il.

Or, d’après les recherches menées par le Dr Véronneau, les effets du xylitol vont se faire sentir au bout de trois mois et réduire de 60 % le risque de caries, en plus de diminuer de 78 % les bactéries responsables de maladies de gencive et d’os.

« Je voulais aussi que ce soit simple dans la routine des gens. Donc, c’est avec deux brossages par jour, précise celui qui est un des 200 cariologistes reconnus dans le monde. Ce que j’aimerais à terme, c’est qu’il n’y ait plus de caries au Québec. »

Il déplore que 40 % des enfants québécois arrivent à l’école, à 5 ans, en ayant déjà au moins une carie.

Lien avec le cancer du côlon ?

Dans une chronique publiée dans Le Journal, Richard Béliveau soulignait que « la santé de la bouche est indissociable de celle du corps en général » et que des études récentes suggéraient que des maladies parodontales pouvaient causer une hausse du risque de plusieurs types de cancers, dont du côlon.

Plusieurs des bactéries liées à ces cancers se trouvent dans la bouche.

Des recherches menées par le Dr Véronneau montrent qu’après trois mois de brossage avec Carie Zéro, on constate une baisse de ces bactéries.

« Il est toutefois encore trop tôt pour faire un lien de cause à effet », souligne-t-il.