/news/health
Navigation

Une échelle pour mesurer la douleur des chats

Une étudiante montréalaise, venue du Brésil, a mis 2 ans à peaufiner son étude

marina cayetano evangelista chats douleur échelle
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une étudiante montréalaise a conçu une très sérieuse « échelle de grimace » des chats qui permettra aux vétérinaires du monde entier de mesurer la douleur qu’éprouvent nos compagnons félins.  

  La candidate au doctorat Marina Cayetano Evangelista, 30 ans, est venue expressément du Brésil, en 2016, pour compléter sa recherche à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.  

 Il s’agit d’une grille d’évaluation que les vétérinaires à travers le monde pourront utiliser pour mesurer des signes de douleur chez les chats, principalement au niveau des oreilles, du museau, des moustaches, des yeux et de la position de la tête par rapport au reste du corps.  

 Facile à utiliser  

 « C’est pratique, vraiment facile à utiliser et ça peut vraiment aider », lance l’étudiante.  

 Une telle recherche n’avait jamais été menée auprès des chats, contrairement à plusieurs autres animaux, dont certains animaux de laboratoire comme les souris et les rats, mais aussi les moutons et les chevaux, précise-t-elle.  

 Animaux gênés  

 « Les chats, ce sont des animaux gênés. Souvent, ils sont peu expressifs lorsqu’on les amène à la clinique, en raison des nombreux stress qu’il y a comme le bruit ou la présence de chiens », explique le professeur Paulo Steagall, qui a supervisé la recherche.  

 Avec l’accord des propriétaires, Mme Cayetano Evangelista a filmé 35 chats malades et 20 chats bien portants avant d’en tirer des captures d’écran.  

En comparant les clichés, elle a pu tirer des conclusions qui lui ont permis de construire sa grille.  

 « Pour chaque critère, les chats reçoivent une note de 0 à 2. Au total, si la note s’approche de 10, c’est que le chat est vraiment en douleur », résume M. Steagall, qui a convaincu son étudiante de venir compléter sa recherche à Montréal.  

 Pour le moment, Mme Cayetano Evangelista a présenté les résultats de sa recherche dans deux conférences à l’international, à Grenade.  

 « La question qui revient le plus souvent, c’est : “Quand est-ce que ce sera disponible ?” » dit l’étudiante, satisfaite de l’intérêt pour son « échelle de grimace du chat ».  

 L’étude doit paraître d’ici peu dans un journal international, accessible aux quatre coins du monde.  

 « Peut-être que dans le futur, on pourrait raffiner ce type d’outils pour les propriétaires, pour qu’ils l’utilisent chez eux, mais pour le moment c’est vraiment pour les vétérinaires », dit-elle, en ajoutant que « l’échelle de grimace » pourra aussi être peaufinée pour servir à mesurer l’effet de certains médicaments sur les douleurs des félins de salon.  

 Bien portant 

 Ces chats sont bien portants avec le nez rond et les oreilles bien pointées vers le haut. 

marina cayetano evangelista chats douleur échelle
Photo courtoisie
marina cayetano evangelista chats douleur échelle
Photo courtoisie

   

 

 En douleur 

 Ces chats sont en douleur, avec le museau plus pointu, les oreilles rabattues et les yeux mi-clos. 

marina cayetano evangelista chats douleur échelle
Photo courtoisie
marina cayetano evangelista chats douleur échelle
Photo courtoisie