/opinion/columnists
Navigation

Cessons de barbouiller le Québec

GEN-COALITION-AVENIR-QUEBEC
Photo Agence QMI, Marc DesRosiers François Legault au caucus de la CAQ à Gatineau, le 30 janvier 2019.

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, un nouveau tsunami médiatique nous a propulsés dans une autre querelle autour de l’« islamophobie ».

Je ne reviendrai pas sur les sources de ce concept controversé. Je lui ai consacré ma chronique du 27 février 2017, « Islamophobie et droits de la personne ».

Un devoir de mémoire

Le premier ministre François Legault a été sommé de se rétracter et de s’excuser pour avoir dit, le 31 janvier dernier, qu’« il n’existe pas d’islamophobie au Québec », dans le sens où il n’y avait pas de courant islamophobe, a-t-il précisé.

Le Québec n’est pas exempt de racisme, de haine et de discrimination. Il faut les dénoncer, ces manifestations, chaque fois qu’elles se produisent.

Les musulmans, comme la plupart des autres minorités en font l’objet. Il faut prendre les moyens appropriés pour y remédier.

La tragédie du 29 janvier 2017, à Québec, nous affecte tous et au premier chef les familles endeuillées et les survivants.

Honorer la mémoire des victimes est un devoir de mémoire. Instrumentaliser leur mort pour réclamer que le 29 janvier soit déclaré Journée nationale contre l’islamophobie est un « agenda » politique.

Dans sa lettre au premier ministre Legault du 31 janvier dernier, le président du Centre culturel islamique de Québec va jusqu’à invoquer les événements du Moyen-Orient pour dénoncer cette « frange islamophobe » qui sème des « amalgames » suite notamment « aux guerres du Golf, Iran-Iraq », aux « versets sataniques » et à « Daech ».

Et si on arrêtait la culpabilisation ?

Or, loin d’être islamophobes, les Québécois s’étaient plutôt mobilisés contre la guerre en Iraq. Ils étaient plus de 150 000 à défiler, à Montréal, le 15 février 2003. Le collectif « Échec à la guerre » avait attiré, de son côté, près de 200 000 manifestants, en mars. J’y étais, par un froid de canard.

Des citoyens engagés, scandant, en arabe et en français, sous les drapeaux du Québec : « Non à la guerre, oui à la paix », tout le contraire d’une « frange islamophobe. »

C’est cette mobilisation du Québec qui a empêché le premier ministre Jean Chrétien de faire la guerre à l’Iraq.

Quant aux Versets sataniques de Salman Rushdie, c’est une controverse qui remonte à 1989, alors que le terme « islamophobie » n’était même pas en usage dans les médias.

Une fatwa de l’Ayatollah Khomeiny avait décrété la condamnation à mort de Rushdie et appelé les musulmans à l’exécuter, où qu’il se trouve.

Les seules manifestations de haine dont on a été témoins, c’était celles d’extrémistes musulmans, à Toronto et à Montréal, scandant « You’re dead Rushdie. »

Pour contrecarrer cette brutalité, j’ai publié dans Le Devoir, un message appelant au dialogue et à la non-violence, signé par une centaine de Québécois, juifs, chrétiens et musulmans.

Quant à Daech, on ne peut tout de même pas accuser les Québécois d’islamophobie pour les atrocités commises par les djihadistes de l’État islamique en Syrie, en Europe et au Canada.

Il y a bien eu deux attentats contre deux soldats canadiens, mais c’était l’œuvre de deux jeunes musulmans radicalisés.

Le caporal Nathan Cirillo, 24 ans, est tombé sous les balles de Michael Zehaf-Bibeau, à Ottawa, le 22 octobre 2014 et l’adjudant Patrice Vincent, 53 ans, a été fauché, deux jours plus tôt, par Martin Couture-Rouleau.

Il est peut-être temps d’arrêter la culpabilisation !