/sports/fighting
Navigation

Eleider Alvarez n’avait que le K.-O. en tête

Eleider Alvarez n’avait que le K.-O. en tête
Photo MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur montréalais Eleider Alvarez a avoué qu’il avait une fixation sur l’idée de passer le K.-O. à Sergey Kovalev, samedi dernier, lors du combat-revanche entre les deux hommes à Frisco au Texas.

Le Colombien avait manifestement été piqué au vif par certaines remarques de son rival russe, qui avait quelques fois laissé entendre que la victoire d’Alvarez par K.-O., lors du premier combat, était le résultat d’un coup de chance.

Alvarez est donc monté dans le ring à Frisco en voulant le faire mentir, pour finir par perdre par décision unanime, devant du même coup rendre à Kovalev sa ceinture WBO des mi-lourds.

«J'avais juste un objectif, honnêtement, je voulais lui passer le K.-O., a expliqué Alvarez, mardi, en entrevue à "JiC". Il disait que c'était un accident (la première fois) et je voulais lui montrer que ce n'était pas un accident.»

«C'est ce que j'allais chercher dans le combat», a-t-il renchéri.

Alvarez s’est cependant buté à un Kovalev mieux préparé que prévu. Le Russe s’est montré fin tacticien, s’assurant de marquer des points à tous les rounds contre un Alvarez qui a semblé en recherche de solutions jusqu’à la toute fin du duel.

«Il a démontré dans ses combats que c'est lui le gars qui passe le K.-O. à tout le monde. J'ai fait 12 rounds avec lui. Pour me battre, il a changé sa stratégie», a observé Alvarez, qui a également confirmé qu’il n’était pas blessé ou malade durant l’affrontement.

«Je n'ai pas à sortir d'excuse, je l'ai dit après le combat, a-t-il affirmé. Ce n'est pas Kovalev qui a gagné, c'est moi qui ai perdu.»

Pour la suite

Alvarez est apparu dévasté dans les moments suivant la défaite, se laissant aller aux larmes pendant un moment.

«Après le combat, durant 15 ou 20 secondes, il s’est passé beaucoup de choses dans ma tête, a-t-il admis. J'ai déçu beaucoup de personnes.»

Cela dit, cette défaite ne devrait pas entraîner de séquelles psychologiques importantes pour l’athlète de 34 ans, qui apparaît déterminé à se remettre rapidement au travail pour remonter la pente.

«Le Eleider qui est monté sur le ring samedi, c'est pas le Eleider que les gens sont habitués de regarder, a-t-il concédé. Je suis déçu de moi, mais je vais réfléchir beaucoup et je vais revenir plus fort.»

«Je suis déçu, les choses ne se sont pas passées comme je le voulais, mais je vais redevenir champion», a-t-il conclu.