/otera
Navigation

Le conjoint d’une V.-P. de la Caisse a déjà fait affaire avec des mafieux

La V.-P. Martine Gaudreault partage sa vie avec Alain Cormier, qui était en affaires avec des gens liés au clan Rizzuto

Coup d'oeil sur cet article

 Une grande responsable du financement immobilier de la Caisse de dépôt est une partenaire d’affaires et de cœur d’un prêteur privé longtemps lié au clan mafieux Rizzuto, a découvert notre Bureau d’enquête.  

 Martine Gaudreault est depuis février 2010 la vice-présidente financement immobilier, Québec et Est du Canada, pour Otéra Capital. 

 Otéra est une importante filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, le bas de laine des Québécois. C’est un joueur majeur, avec des prêts totalisant 12,3 milliards $.  

  •  ÉCOUTEZ l'entrevue de notre journaliste Jean-François Cloutier à Dutrizac de 6 à 9:   

  

 Mme Gaudreault est la conjointe du prêteur Alain Cormier, président de la firme de prêts alternatifs Bancan. Des recherches dans les relations d’affaires d’Alain Cormier nous ont permis de découvrir ce qui suit :  

  •  Entre 2008 et 2012, alors qu’il était en couple avec Martine Gaudreault, Alain Cormier a été en affaires avec deux membres de la famille mafieuse Rizzuto (voir encadré). Il s’agit de Leonardo Rizzuto, le fils de Vito Rizzuto (ex-parrain de la mafia montréalaise, aujourd’hui décédé), et de Giovanna Cammalleri, qui était la femme de Vito Rizzuto. 
  •  En 2009, Alain Cormier est devenu administrateur de la compagnie qui était le promoteur du célèbre 1000 de la Commune à Montréal, le fameux projet immobilier de Tony Magi, abattu le 24 janvier. 
  •  Le conjoint de la V.-P. d’Otéra a également contracté un prêt avec la firme du blanchisseur d’argent Samy Bitton en 2011.  

 Entreprise commune 

 Au fil des années, Martine Gaudreault a également eu des liens d’affaires avec son conjoint. Ils ont été impliqués ensemble dans trois entreprises depuis 2012. 

 En avril 2012, elle devient l’unique actionnaire d’une compagnie qui avait notamment été créée par son conjoint et l’entrepreneur Gary Iacobaccio. 

 Ce dernier a un passé criminel et a été en affaires avec Giuseppe Focarazzo, un homme lié au clan Rizzuto. 

 Puis, en juin 2014, Gaudreault et Cormier deviennent tous deux impliqués dans deux compagnies à numéro qui serviront à acheter des immeubles de 3,2 M$ au total. 

 L’un de ces immeubles, sur le boulevard Saint-Laurent dans la Petite-Italie, abrite aujourd’hui une succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ). 

 Selon le Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM), Alain Cormier avait aussi fait un don de 100 000 $ à Mme Gaudreault qui a permis à celle-ci de faire l’acquisition d’une maison à Laval, dont elle est toujours propriétaire. La résidence, payée 340 000 $ en 2001, est aujourd’hui évaluée à près d’un million $. 

 Code d’éthique 

Le prêteur privé Alain Cormier et sa conjointe Martine Gaudreault, V.-P. d’une filiale de la Caisse de dépôt.
Photo courtoisie
Le prêteur privé Alain Cormier et sa conjointe Martine Gaudreault, V.-P. d’une filiale de la Caisse de dépôt.

 Selon le code d’éthique d’Otéra, les employés comme Mme Gaudreault doivent être très prudents. Ils doivent se demander si leurs actions et leurs décisions « résisteront à l’examen public le plus minutieux », et si elles pourraient « entraîner une perception négative à [leur] endroit ou à l’endroit d’Otéra ». 

 Ils doivent finalement s’assurer de ne pas participer, directement ou indirectement, à des activités financières importantes qui pourraient entrer en concurrence avec celles d’Otéra. 

 Donald Riendeau, spécialiste en éthique et directeur de l’Institut de la confiance dans les organisations, juge ces faits « extrêmement préoccupants ». 

 « Madame Gaudreault occupe des fonctions extrêmement importantes. Ça soulève des questions importantes par rapport aux conflits d’intérêts et à la protection des actifs des épargnants », dit-il. 

 « Je n’ai pas à vous parler en tant que journaliste », a affirmé Martine Gaudreault hier, jointe au téléphone. 

 La vice-présidente a affirmé qu’elle ne connaissait « absolument pas » Gary Iacobaccio. 

 « Je n’ai rien à dire », a-t-elle répété trois fois avant de mettre fin à la conversation. 

 Son conjoint Alain Cormier a affirmé que Martine Gaudreault n’était pas au courant de ses liens d’affaires. 

 De son côté, la porte-parole d’Otéra, Mélanie Charbonneau, a affirmé hier que l’organisation en était à effectuer des vérifications. 

 Une compagnie avec les Rizzuto 

Leonardo Rizzuto
Photo d'archives
Leonardo Rizzuto

 En avril 2008, les compagnies à numéro d’Alain Cormier, Leonardo Rizzuto et Giovanna Cammalleri deviennent actionnaires d’une autre compagnie à numéro, le 9188-5863 Québec inc. 

Giovanna Cammalleri
Photo d'archives
Giovanna Cammalleri

 En novembre 2007, 9188-5863 Québec inc. avait acheté un terrain pour un ensemble résidentiel à LaSalle, pour 1 M$. Alain Cormier faisait partie des cautionnaires du prêt qui a permis l’achat du terrain. 

 Il affirme que sa conjointe ignorait tout 

 Le prêteur Alain Cormier assure que sa conjointe Martine Gaudreault, vice-présidente d’une filiale de la Caisse de dépôt, ne savait rien de ses liens d’affaires avec des individus liés au crime organisé, avant que notre Bureau d’enquête ne la contacte à ce sujet. 

 « Ma blonde n’est au courant de rien de ça », a-t-il dit lorsque nous l’avons joint hier matin. 

 « Ma conjointe gère sa vie, moi je gère ma vie ! Que j’aie fait du financement il y a dix ans de ça... C’est la personne la plus honnête, la plus straight que je connaisse dans ma vie. Vous le savez ce que vous allez faire. Vous allez salir tout du bon monde », a-t-il affirmé. 

 Voici ce qu’il avait à dire sur :  

 Ses liens d’affaires avec des individus liés à la mafia ou condamnés au criminel : 

 « Je n’ai rien à faire avec ce milieu-là : je suis un financier, je prête de l’argent, je fais de l’immobilier ». 

 Son implication dans un projet de condos dans l’arrondissement LaSalle, où il a investi conjointement avec une compagnie contrôlée par la famille Rizzuto : 

 « J’ai peut-être fait du financement, mais pas fait, euh... Et jamais avec la famille Rizzuto ! Tu mélanges plein de choses, monsieur ». 

 Un peu plus tard, il a expliqué connaître Leonardo Rizzuto, car ce dernier est un client de la bijouterie familiale. « Je l’ai rencontré là, oui ». 

 Son implication dans le 1000 de la Commune, à partir de 2009 : 

 « J’ai été dans le projet deux jours. Je voulais acheter le projet ; finalement, ça n’a pas marché et je suis sorti de la compagnie. » 

 (En fait, le Registre des entreprises du Québec indique qu’il signait toujours des documents pour l’entreprise en 2010.) 

 Les démarches de notre Bureau d’enquête : 

 « Vous allez juste faire de la grosse marde. » 

 M. Cormier a promis hier matin de répondre à nos questions de façon détaillée quand il aurait accès à ses documents, mais il n’a finalement pas rappelé. 

 Des relations d’affaires douteuses d’Alain Cormier 

 Le promoteur du 1000 de la Commune 

Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

 En janvier 2009, Alain Cormier et Ricardo Magi (le frère de Tony Magi) sont actionnaires et administrateurs de la firme Les Développements Harbourteam, promoteur du 1000 de la Commune. 

 Cormier sera en poste au moins jusqu’en août 2010, selon les registres publics. 

 Le projet du 1000 de la Commune a été initié par Tony Magi, assassiné par balles le 24 janvier dernier. 

 L’ex-parrain Vito Rizzuto avait agi dans l’ombre comme chef d’orchestre de la construction de cet ensemble de condos de luxe près du Vieux-Port de Montréal. 

 Rizzuto a été récompensé en recevant cinq condos pour la modique somme de 1 $, condos qu’il a ensuite revendus pour 1,7 M$. 

 « C’est quand même un bon profit », avait ironisé l’enquêteur Éric Vecchio lors d’un témoignage à la commission Charbonneau en mars 2014. 

 Il emprunte à la firme d’un blanchisseur d’argent 

Samy Bitton
Photo d'archives
Samy Bitton

 En février 2011, une compagnie immobilière d’Alain Cormier emprunte 150 000 $ à Samprêt plus inc., une firme qui appartient à Samy Bitton. 

 Cormier se sert de cette somme pour acheter une maison unifamiliale à Laval. 

 Bitton est bien connu des policiers. En janvier 2016, il a été condamné à 18 mois de prison à Tel-Aviv pour blanchiment d’argent lié au trafic de drogue. 

 Au téléphone, Cormier nous a également dit avoir été broker dans la vente à Samy Bitton des droits de construction qui ont servi au projet immobilier 5e quai. 

 Ce projet de condos dans le Vieux-Montréal a été abandonné après l’emprisonnement de M. Bitton en Israël.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions