/finance/business
Navigation

Pierre Karl Péladeau intéressé à acquérir Téo Taxi

Coup d'oeil sur cet article

Le président de Québecor, Pierre Karl Péladeau, démontre un intérêt à s’impliquer d’une quelconque façon dans la relance de Téo Taxi.  

Des discussions exploratoires en ce sens auraient d’ailleurs déjà eu lieu. C’est ce qu’a expliqué Mario Dumont en exclusivité au micro de QUB radio et à LCN, mardi matin.  

 «Y’a un repreneur potentiel, qui a déjà rencontré les actuels actionnaires, qui sont maintenant des créanciers. C’est Pierre Karl Péladeau, a indiqué Mario Dumont lors de son intervention quotidienne à Dutrizac de 6 à 9. Tout ça est préliminaire, tout ça est exploratoire. On veut d’abord avoir les vrais chiffres, les vraies données. Mais je peux te dire qu’il y a déjà eu des rencontres.»  

 Le fondateur de Téo Taxi, Alexandre Taillefer, a dit mardi souhaiter «de tout cœur qu’une équipe aguerrie puisse relancer cet important projet».  

 «Le modèle Téo est extrêmement porteur, a-t-il écrit dans un message envoyé à QUB radio. Je me croise les doigts pour que cette rumeur se concrétise.»  

 **Réécoutez le passage de Mario Dumont au micro de Dutrizac  

Sur Twitter, M. Péladeau a également précisé qu’il s’agit d’une «initiative personnelle sans liens avec Québecor». «Je crois, et j’ai toujours cru, à la mobilité électrique et à son potentiel pour le Québec», a-t-il déclaré. 

Le Journal a révélé mardi que Téo Taxi traînait des dettes de 25 millions $ lorsque sa société mère, Taxelco, s’est placée à l’abri des créanciers.  

Mardi dernier, 450 chauffeurs et 90 travailleurs ont perdu leur emploi à la suite de l’arrêt définitif du service de taxi électrique à Montréal. Téo Taxi, qui avait fait son apparition il y a plus de trois ans, n’avait jamais atteint la rentabilité.  

 Les résultats d’un sondage Léger révélés lundi dévoilaient qu’une grande majorité de Montréalais souhaitent que l’entreprise de taxis électriques soit relancée par des Québécois. Quelque 84% des répondants estimaient d’ailleurs que la faillite de cette entreprise constituait une mauvaise nouvelle.