/news/currentevents
Navigation

Fini les vacances pour un Hells rapatrié après 10 mois de cavale

L’homme recherché notamment pour gangstérisme se terrait en République dominicaine

GEN-Le Hells Angels Daniel-André Giroux de retour au Québec
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Le Hells Angel Daniel-André Giroux a été transporté sous escorte policière au quartier régional de la Sûreté du Québec à Mascouche hier soir. Il avait été arrêté le matin à Santo Domingo, la capitale de la République dominicaine, avant d’être ramené à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Coup d'oeil sur cet article

Le Hells Angel québécois dont la cavale a pris fin hier en République dominicaine aurait empoché en moyenne 20 000 $ chaque mois avec la vente de drogues dans quelques régions de la province.

Après 10 mois de fuite au soleil, Daniel-André Giroux est revenu au Québec bien malgré lui, hier soir, à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Celui qui faisait partie des 10 criminels les plus recherchés au Québec était escorté par deux enquêteurs de la Sûreté du Québec et de la police de Montréal qui avaient procédé à son arrestation, le matin même, dans la capitale dominicaine de Santo Domingo.

Ce membre des Hells du chapitre montréalais devait être appréhendé le 24 avril dernier en même temps qu’une soixantaine d’autres accusés de l’opération antidrogue Objection.

Toutefois, le motard de 48 ans était parti dans le Sud quand l’Escouade nationale de répression contre le crime organisé (ENRCO) a sonné chez lui. Et il n’était vraisemblablement pas pressé de revenir au bercail.

Peu avant son départ, les policiers avaient effectué une perquisition à son commerce de pêche sur glace, à Saint-André-d’Argenteuil, dans les Laurentides, en février 2018. Ils avaient saisi plusieurs dizaines de milliers de dollars en argent liquide cachés dans des cabanes louées par l’entreprise du motard.

En pays de connaissance

Selon nos informations, Giroux négociait depuis un certain temps sa reddition avec les autorités, par l’entremise de son avocat.

Toutefois, l’ENRCO ne voulait pas qu’il change son fusil d’épaule et disparaisse de nouveau. Ils sont donc allés l’appréhender en République dominicaine plutôt que d’attendre son retour.

Giroux pouvait compter sur plusieurs alliés dans ce pays des Caraïbes. Le premier chapitre des Hells Angels établi en République dominicaine, à Cabarete, en 2008, a été parrainé par les Hells du Québec.

Considéré comme une étoile montante du gang de motards, celui qu’on surnomme Grand Dan s’en serait mis plein les poches en 2017 en exerçant le contrôle de certains territoires de vente de stupéfiants dans les Laurentides, en Outaouais et dans l’Est ontarien.

Des « taxes » payantes

Selon nos sources, on le soupçonne d’avoir touché plus de 125 000 $ en l’espace d’à peine six mois avec les redevances — aussi appelées « taxes » dans le jargon du milieu — qu’il se permettait de percevoir des trafiquants de cocaïne et de méthamphétamine faisant affaire sur « ses » territoires.

Giroux, comme trois autres membres en règle des Hells épinglés dans cette opération, s’est fait piéger en effectuant des transactions d’argent avec une « taupe » qui avait infiltré le réseau pour le compte de la police.

Il doit comparaître aujourd’hui, au palais de justice de Montréal, pour répondre à des accusations de complot, de trafic de stupéfiants et de gangstérisme.

♦ Daniel-André Giroux est d’ailleurs le seul accusé parmi la soixantaine d’individus arrêtés dans le projet d’enquête Objection qui n’a toujours pas été jugé. Tous les autres ont plaidé coupables et ont reçu leur peine.

L’opération Objection

♦ Daniel-André Giroux est l’un des quatre Hells accusés dans l’opération Objection, qui ciblait 63 suspects, le 24 avril dernier.

♦ Il est membre en règle des Hells Angels du chapitre de Montréal depuis mars 2018.

♦ Plus de 2 millions $, 21 kg de cocaïne, 200 000 comprimés de méthamphétamine et 34 armes à feu ont été saisis dans ce coup de filet.

♦ Le doyen québécois des Hells, Michel Sky Langlois, 72 ans, a été condamné à 58 mois de pénitencier dans cette affaire.

♦ Le mois dernier, Carl Ranger, qui était à la fois policier à Repentigny et livreur d’un réseau de trafiquants des Hells, a écopé de 18 mois de prison à la suite de cette enquête.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.