/investigations
Navigation

44 M$ pour le projet d’un partenaire du grand patron

Un des associés du projet possède cinq entreprises avec le PDG d’Otéra

C’est pour la construction de cette résidence d’aînés à Saint-Jean-sur-Richelieu qu’Otéra Capital a prêté 44 M$ à un partenaire d’affaire de son grand patron.
Photo Pierre-Paul Poulin C’est pour la construction de cette résidence d’aînés à Saint-Jean-sur-Richelieu qu’Otéra Capital a prêté 44 M$ à un partenaire d’affaire de son grand patron.

Coup d'oeil sur cet article

 La filiale de la Caisse de dépôt Otéra Capital a prêté 44 millions $ pour la construction d’une résidence d’aînés dont l’un des promoteurs est... un important partenaire d’affaires de son grand patron. 

 Otéra soutient que son PDG Alfonso Graceffa n’a participé d’aucune manière au traitement de ce dossier de prêt avec son associé et qu’il s’est retiré des réunions où il en était question. 

 Cependant, même s’il est grand patron d’une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, M. Graceffa reste en affaires (dans l’immobilier) avec cet associé, et ce, depuis 1997. 

 Hier, notre Bureau d’enquête révélait qu’une vice-présidente d’Otéra, Martine Gaudreault, est en couple et en affaires avec un prêteur privé longtemps lié au clan mafieux Rizzuto. La Caisse a rapidement suspendu Mme Gaudreault dans la foulée de la publication de notre reportage. 

 Nous avons découvert une autre situation délicate au sein du prêteur immobilier de la Caisse : Otéra a prêté 43,98 millions $ en 2017 à la Société en commandite Quartier St-Jean, promoteur d’une résidence de personnes âgées de 181 unités nommée Le Quartier

 L’un des quatre associés dans ce projet est Thomas Marcantonio, l’homme d’affaires qui est partenaire dans plusieurs entreprises privées avec Alfonso Graceffa, le président-directeur général d’Otéra. 

 En date d’hier, Marcantino et Graceffa possédaient cinq entreprises ensemble, dont quatre compagnies immobilières qui ont servi à acheter divers immeubles. 

 Code d’éthique clair 

 Le code d’éthique d’Otéra, qui s’applique à tous ses dirigeants et employés, stipule que ces derniers doivent éviter les situations qui « résulteraient en un conflit d’intérêts réel ou perçu, c’est-à-dire la création d’une obligation, d’un intérêt ou d’une préoccupation susceptible d’influencer [leur] jugement ou [leur] impartialité ». 

 Les employés doivent aussi éviter d’être impliqués directement ou indirectement dans des activités « qui pourraient être potentiellement embarrassantes pour Otéra ». 

 Joint au téléphone, Thomas Marcantonio a affirmé que M. Graceffa et lui étaient partenaires d’affaires depuis 25 ans. 

 Pas dans les détails 

 Il a dit qu’il avait parlé du projet de résidence avec M. Graceffa « de façon générale, mais pas de façon particulière ». 

 « À ma connaissance, il n’est pas intervenu du tout [dans l’octroi du prêt]. Il m’a même fait une remarque précise comme quoi vu que j’étais impliqué, il regardait même pas le dossier », a-t-il dit. 

 M. Graceffa n’a pas voulu accorder d’entrevue et a indiqué au bout du fil que la Caisse s’occuperait de répondre aux questions de notre Bureau d’enquête. 

 De son côté, Mélanie Charbonneau, vice-présidente aux Affaires juridiques d’Otéra Capital, a affirmé que « Monsieur Graceffa a déclaré dès le début sa relation d’affaires et n’a pas été impliqué à aucun moment dans ce dossier ». 

 Dans un courriel, elle a expliqué que c’est le comité de crédit du conseil d’administration d’Otéra qui a statué sur le projet. 

 « Monsieur Graceffa a fait sa déclaration au comité et s’est retiré de la réunion durant la présentation, les délibérations et l’approbation de ce dossier de prêt », a-t-elle écrit. 

 Alfonso Graceffa n’est pas l’un des cinq dirigeants de la Caisse et de ses filiales les mieux payés, de sorte qu’on a refusé de nous révéler son salaire, hier. 

 Le projet Le Quartier est décrit comme une « résidence moderne et distinguée » qui « offre des installations de première qualité ». 

 Incidemment, c’est Martine Gaudreault, suspendue hier, qui a autorisé le prêt d’Otéra à la Société en commandite Quartier St-Jean. 

 La vice-présidente d’Otéra suspendue de ses fonctions 

Martine Gaudreault
Photo courtoisie
Martine Gaudreault

 La Caisse de dépôt a suspendu hier la vice-présidente d’une de ses filiales, qui est en couple avec un prêteur privé longtemps lié au clan mafieux Rizzuto. 

 Dans un communiqué publié en matinée, la direction de la Caisse explique que Martine Gaudreault, vice-présidente d’Otéra Capital, est suspendue le temps d’une enquête interne. 

 Ces mesures ont été prises à la suite des révélations de notre Bureau d’enquête concernant le conjoint de Mme Gaudreault, Alain Cormier. Ce dernier, un prêteur alternatif, a fait des affaires avec des membres du clan Rizzuto entre 2008 et 2012. 

 Avec le fils de l’ex-parrain 

 M. Cormier a été coactionnaire d’une firme avec Leonardo Rizzuto, le fils de l’ex-parrain Vito Rizzuto, par le truchement de compagnies à numéro. Giovanna Cammalleri, la femme de Vito Rizzuto, était également présente dans le montage d’entreprises. 

 Alain Cormier a également été impliqué dans le controversé projet immobilier du 1000 de la Commune, et a emprunté de l’argent à la firme d’un individu reconnu coupable de blanchiment d’argent lié au trafic de drogue. 

 Les révélations de notre Bureau d’enquête « sont prises très au sérieux, car elles visent des questions d’intégrité », explique la Caisse dans son bref communiqué. 

 « Une enquête interne a été ouverte hier et sera menée par un avocat externe afin que toutes les vérifications soient faites. Les conclusions de cette enquête seront rendues publiques », poursuit l’institution. 

Alain Cormier
Photo courtoisie
Alain Cormier

 Avec solde 

 La Caisse de dépôt souligne également que « l’intégrité est un principe non négociable sur lequel aucun compromis ne sera fait ». 

 Selon nos informations, Mme Gaudreault est suspendue avec solde. 

 La Caisse a refusé, depuis lundi, de répondre à plusieurs de nos questions, dont :  

  •  Est-ce que Martine Gaudreault a fait état de ses liens d’affaires et de cœur dans sa déclaration d’intérêts ? 
  •  Comment la Caisse a-t-elle agi si elle était au courant de ces liens ? 
  •  L’institution voit-elle un problème avec la situation dans laquelle se trouve Mme Gaudreault ?   

 La vice-présidente suspendue hier a refusé de nous accorder une entrevue. 

 Les compagnies immobilières du grand patron d’Otéra et de Thomas Marcantonio 

 Manoir King David (2 compagnies distinctes) 

 Valeur de 7,7 M$  

  •  Côte-Saint-Luc 
  •  Immeuble de 8 étages totalisant 71 logements   

 Appartements Lakeside 

 Valeur de 7,2 M$  

  •  Pointe-Claire 
  •  8 immeubles totalisant 104 logements   

 Château Doral 

 Valeur de 17,97 M$  

  •  Montréal 
  •  Immeuble de 14 étages totalisant 167 logements   

 517 Donegani et 7 Fairwood 

 Valeur de 3,1 M$  

  •  Pointe-Claire 
  •  Deux immeubles de 3 étages totalisant 38 logements