/finance/business
Navigation

La Caisse entend rester actionnaire de Ciment McInnis

Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC Michael Sabia
PDG de la Caisse de dépôt et placement

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement n’aurait plus l’intention de vendre sa participation dans la cimenterie Ciment McInnis de Port-Daniel, en Gaspésie.

« Nous sommes convaincus du potentiel de cette entreprise. Nous sommes à l’aise avec cet investissement. On a du travail à faire, mais c’est vrai pour tous nos investissements », a indiqué mercredi le PDG de la Caisse, Michael Sabia, de passage à Québec.

450 M$ de plus que prévu

La Caisse avait mandaté l’an dernier une firme de services-conseils pour étudier plusieurs scénarios, dont la vente de la cimenterie québécoise construite à grands frais.

Le projet initial de cette cimenterie qui devait coûter 1,1 milliard $ a connu toutes sortes d’ennuis. La facture finale a atteint 1,55 milliard $, soit 450 millions $ de plus que prévu.

La Caisse de dépôt a d’ailleurs été contrainte d’ajouter de l’argent en 2016 dans le projet pour devenir actionnaire de contrôle au détriment du Groupe Beaudier (familles Beaudoin-Bombardier).

La Caisse dit maintenant travailler avec ses partenaires, Groupe Beaudier et Investissement Québec, pour rentabiliser et augmenter la production de ciment à Port-Daniel.

« Avec les partenaires Beaudier, on est en train de travailler sur la qualité de la gouvernance et de la direction », a signalé le grand patron de la Caisse.

Reprise de la production

Les appuis financiers de l’État québécois dans cet imposant projet industriel, mené à l’origine par la famille Beaudoin-Bombardier, s’élèvent à plus de 615 millions $.

La Caisse de dépôt a injecté dans l’aventure 265 millions $ alors qu’Investissement Québec a de son côté pris des engagements totalisant 350 millions $, dont un prêt commercial de 250 millions $ et une prise de participation.

La cimenterie Ciment McInnis a récemment repris la production après un arrêt de plus de six semaines. Un important bris au four de la cimenterie et un entretien annuel des installations avaient causé cet arrêt forcé.