/entertainment/tv
Navigation

Marc-André Grondin joue les criminels

Marc-André Grondin
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Marc-André Grondin

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Marc-André Grondin a complété, avant Noël, le tournage de «Mafia Inc.», nouveau film de Podz, dans lequel il incarne un criminel ayant grandi au sein de la mafia. Puis, dans la série «Fragile», que Tou.tv Extra mettra en ligne à la fin de l’été, il personnifie un jeune homme tourmenté qui sort tout juste de pénitencier.

«En ce moment, on dirait que les rôles de gars qui sont en prison me collent à la peau», ricane l’acteur, reconnaissant du même souffle qu’on pense rarement à lui pour des projets comiques.

«La comédie me plaît beaucoup, mais ce n’est pas un registre auquel on m’identifie souvent. Les gens aiment me voir ténébreux! (rires) Mais, dans la vie de tous les jours, mes amis le savent, je suis assez niaiseux (rires). Je ne suis pas quelqu’un de sérieux...»

Criminel endurci

Très attendu, «Mafia Inc.», sixième long métrage du réalisateur Podz, alias Daniel Grou («King Dave», «Miraculum», «10 ½», «Les 7 jours du talion») est l’adaptation cinématographique du livre du même nom d’André Cédilot et André Noël, sorte de «bible journalistique de l’histoire de la mafia montréalaise», explique Marc-André Grondin.

«Mon personnage n’est pas calqué sur un vrai gars, c’est plutôt un mélange de plusieurs personnes. Mais c’est fortement inspiré de la réalité. Je joue Vincent Gamache, un Québécois, dont la mère italienne est décédée, et dont le père est le tailleur de la mafia. Il est le fils adoptif du parrain de la mafia. Il a grandi dans cette famille et a gravi les échelons. C’est un criminel dans l’âme. Un hos*** de fou!», illustre Marc-André Grondin en souriant.

Ce dernier retrouve Podz près de sept ans après la sortie de «L’Affaire Dumont», qui marquait leur première collaboration au grand écran. Les deux hommes n’avaient jamais retravaillé ensemble depuis.

«Je pense que nos mondes se croisent bien, constate Grondin au sujet du cinéaste. Je comprends bien son approche, son cinéma. Je pense que c’est un bon "fit". On a beaucoup de respect l’un pour l’autre. C’est un réalisateur que je trouve très, très intéressant et un très, très grand directeur d’acteurs. C’est facile, travailler avec lui.»

La date de sortie de «Mafia Inc.» n’a pas encore été arrêtée.

«Fragile»

Cet hiver et ce printemps, ce sont les enregistrements de «Fragile» qui occuperont Marc-André Grondin.

Dans cette nouvelle fiction du prolifique auteur Serge Boucher («Aveux», «Apparences», «Feux»), le comédien prêtera ses traits à Félix Bachand, jeune repenti qui regagne les siens dans sa petite municipalité du Centre-du-Québec après un séjour derrière les barreaux.

Élevé dans un foyer recomposé auprès de sa mère (Isabelle Vincent), son beau-père (Christian Bégin), sa demi-sœur (Monia Chokri) et son demi-frère (Maxime De Cotret), Félix se liera d’amitié, une fois revenu chez lui, avec un mécanicien, Dominic (Pier-Luc Funk), avec qui il n’a, de prime abord, rien en commun.

Comme dans toute bonne œuvre de Serge Boucher, le drame frappera. Les deux garçons nouvellement complices seront retrouvés morts dès le début de l’intrigue. On retracera ensuite le fil des événements ayant mené à la tragédie dans les 10 épisodes réalisés par Claude Desrosiers.

«Fragile», une ode à la masculinité et à la vulnérabilité, comme l’a dépeinte son créateur, mettra aussi en vedette Valérie Blais, Martin Drainville, Juliette Gosselin et Sandrine Bisson. Des collègues avec qui, pour la plupart, Marc-André Grondin n’avait jamais travaillé.

«Il essaie de faire la paix avec son passé, de reprendre sa place chez lui, explique-t-il à propos de son personnage. Il a perdu confiance en lui-même. C’est quelqu’un de brisé, rongé par le remords, par ce qui est arrivé dans son passé et qu’on va découvrir rapidement dans la série. Il développera une amitié un peu improbable avec Dominic, qui l’aidera beaucoup dans son cheminement.»

Félix, comme les autres protagonistes de «Fragile» et des histoires antérieures de Serge Boucher, dissimule plusieurs facettes de sa personnalité, et la spirale dans laquelle il sera aspiré recèlera elle aussi de multiples couches.

«Serge fait du Serge, lance Marc-André Grondin. Il surprend, installe des rebondissements qu’on n’a pas vus venir. C’est ce qui est beau avec son écriture: il y a toujours une surprise qui arrive. Son écriture est toute en finesse. Lire ses textes, c’est une classe de maître.»

On pourra regarder intégralement «Fragile» à la fin de l’été sur Tou.tv Extra.