/news/society
Navigation

Prostitution juvénile: Ian Lafrenière promet de mettre les proxénètes en échecs

Coup d'oeil sur cet article

 QUÉBEC – Le député caquiste et ex-policier Ian Lafrenière promet d’«être sur le chemin» des proxénètes qui profitent de la prostitution juvénile. Il a demandé mercredi la tenue d’une commission parlementaire spéciale pour y parvenir. 

 «Pour les proxénètes et les individus sans scrupules qui profitent de nos jeunes: on ne vous laissera pas tranquilles, on ne vous oublie pas, on va être sur votre chemin, ça, je vous le garantis», a-t-il indiqué, mercredi, lors d’un point de presse qui avait pour but de présenter son initiative. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Ian Lafrenière à Dutrizac de 6 à 9

 Selon le député de la Coalition avenir Québec (CAQ), près de la moitié des personnes qui sont «victimes de prostitution» sont mineures, «et parfois même très jeunes», a-t-il précisé. 

L’adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, Ian Lafrenière, et la whip adjointe du gouvernement, Lise Lavallée
Photo Simon Clark
L’adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, Ian Lafrenière, et la whip adjointe du gouvernement, Lise Lavallée

 «Après 25 ans dans les forces de l'ordre, j'ai été personnellement en mesure de constater ce fléau qu'est la prostitution juvénile au Québec. Il s'agit d'un phénomène qui est présent à travers le monde entier et le Québec n’y échappe pas», a indiqué celui qui a œuvré au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

 Portrait 

 Toujours selon lui, le Québec doit améliorer ses connaissances en matière de prostitution juvénile puisqu’il n’y a pas, à l’heure actuelle, de portrait complet de la situation. 

 «Il est temps d'y remédier, et c'est pour ça que nous voulons une commission spéciale», a-t-il indiqué. 

 La députée Lise Lavallée, qui a soumis cette proposition aux côtés de M. Lafrenière, a dit être «confiante de convaincre l'Assemblée nationale de l'importance» du dossier et de pouvoir «mener nos travaux de façon transpartisane». 

 Si l’Assemblée nationale accepte la création de cette commission spéciale, les députés y siégeant seront tenus, à la suite d’une consultation publique, d’élaborer un rapport et des recommandations visant à prévenir et à contrer la prostitution juvénile. 

 Le gouvernement Legault dit vouloir faire appel de façon non partisane à la collaboration des groupes d’opposition dans la concrétisation de ce projet. 

 QS dans le coup 

 Québec solidaire a déjà annoncé qu’il allait appuyer l’initiative des députés de la CAQ puisqu’il «est temps de se pencher sur la question sérieusement». 

 «Je suis particulièrement content de les avoir entendus parler de l’importance de la sensibilisation et de la prévention puisque la réponse à ce phénomène doit être globale», a expliqué le porte-parole de QS en matière de sécurité publique, Alexandre Leduc. 

 Du côté du Parti québécois, on reconnaît qu’il s’agit d’un enjeu important, mais on préfère prendre connaissance de la demande officielle avant de se prononcer. 

 Enfin, le Parti libéral attend lui aussi d'en savoir plus avant de prendre position. «Dans les prochains jours, il appartiendra au gouvernement de nous exposer plus précisément la formulation du mandat dont il souhaite obtenir un accord par l’Assemblée. Nous pourrons davantage nous prononcer à la suite de ces échanges. Nous espérons, par ailleurs, que le gouvernement aura de l’ouverture sur notre demande de mandat d’initiative non partisan adressé à la Commission de la santé et des services sociaux en décembre dernier sur la santé mentale», a dit Sébastien Proulx, leader de l’opposition officielle. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.