/news/currentevents
Navigation

Accusé d’avoir tué le fils de Tony Accurso

Le proprio du Manoir Saint-Sauveur est dans l’eau chaude

Coup d'oeil sur cet article

Le PDG du Manoir Saint-Sauveur a été formellement accusé jeudi d’avoir causé le décès du fils aîné de Tony Accurso dans une violente embardée l’automne dernier, dans les Laurentides, alors qu’il était en état d’ébriété.

Sébastien Varin, 39 ans, doit répondre d’accusations de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort, de conduite dangereuse provoquant la mort et d’avoir fui les lieux de l’accident qui a coûté la vie à James « Jimmy » Accurso.

Dans la nuit du 26 octobre, les deux amis circulaient dans une luxueuse Tesla modèle S sur la route 370, à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, quand ils auraient fait plusieurs tête-à-queue à la sortie d’une courbe.

Sébastien Varin a été formellement accusé au palais de justice de Saint-Jérôme, jeudi, d’avoir causé la mort de James Accurso l’an passé dans une embardée.
Photo Axel Marchand-Lamothe
Sébastien Varin a été formellement accusé au palais de justice de Saint-Jérôme, jeudi, d’avoir causé la mort de James Accurso l’an passé dans une embardée.

L’automobile a fini sa course contre une série d’arbres, tuant sur le coup l’ancien directeur et vice-président de la firme Simard-Beaudry, qui avait 43 ans.

Le fleuron de l’empire familial avait été vendu dans la foulée des accusations de corruption portée contre Tony Accurso en 2012, mettant un terme au rêve de James d’en prendre les rênes.

Varin, qui a lui-même hérité de la direction de l’entreprise de son père en 2010, avait été sérieusement blessé, mais aurait quitté les lieux. Il y serait revenu après l’arrivée des services d’urgence, avaient rapporté des témoins, à l’époque.

Il avait été libéré par les policiers sous la promesse de comparaître.

Photo d’archives

Sévères conditions

Lors de sa brève comparution en avant-midi, à Saint-Jérôme, il n’a pas enregistré de plaidoyer.

La juge Sandra Blanchard l’a remis en liberté moyennant plusieurs conditions, dont remettre son passeport ainsi que son permis de conduire. Il est également soumis à un couvre-feu et à une interdiction de consommer de la drogue ou de l’alcool.

Celui qui est à la tête du Groupe Les Manoirs du Québec, qui comprend le Manoir Saint-Sauveur et le Manoir Victoria, à Québec, ne pourra pas non plus se trouver dans un lieu servant de l’alcool.

En raison de son emploi, il peut toutefois se trouver au complexe hôtelier qu’il dirige dans les Laurentides.

Il reviendra devant le tribunal le 3 mai prochain.

– Avec la collaboration de Christian Plouffe