/news/currentevents
Navigation

Tuerie de la mosquée: jour de châtiment pour Alexandre Bissonnette

Il pourrait être condamné à une peine record de 150 ans de prison

Coup d'oeil sur cet article

Le tueur de la grande mosquée de Québec recevra-t-il une peine historique qui le garderait à l’ombre jusqu’à sa mort ou pourra-t-il espérer quitter un jour la prison? Alexandre Bissonnette et la communauté musulmane, à laquelle il a arraché sans pitié six pères de famille, auront la réponse vendredi.  

L’attente est terminée. Deux ans après le massacre et après des mois de travail, le juge François Huot de la Cour supérieure rendra ce matin sa décision, qui marque une page de l’histoire judiciaire du pays.

  • ÉCOUTEZ la journaliste Sophie Côté à Dutrizac de 6 à 9

Bissonnette est automatiquement condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Mais le magistrat a la possibilité de prononcer à l’endroit de l’assassin de 29 ans la sentence la plus sévère jamais donnée au Canada depuis l’abolition de la peine de mort, soit un châtiment de 150 ans de prison. 

Des membres de la communauté musulmane estiment d’ailleurs que seule cette peine rendrait vraiment justice

Réunis avec une quarantaine des leurs, six fidèles musulmans ont été abattus froidement, en deux minutes à peine, par Bissonnette qui a fait irruption dans leur lieu de prière de Sainte-Foy le soir du 29 janvier 2017. 

Leur mort tragique a fait six veuves et 17 orphelins. Bissonnette a plaidé coupable aux six meurtres prémédités et à 40 tentatives de meurtre. 

«L’espoir» en jeu 

Pour la poursuite, le juge Huot doit user de son pouvoir discrétionnaire et rendre consécutives les périodes de 25 ans d’inadmissibilité à une libération conditionnelle pour chaque meurtre, comme l’article 745.51 du Code criminel le permet depuis 2011. 

«Un juste dû» pour ce «crime haineux», un «carnage» d’une gravité «sans précédent», dont le «châtiment se doit d’être à la hauteur de la réprobation sociale face à de tels comportements ignobles», avait soutenu lors des observations sur la peine en juin l’un des procureurs de la Couronne, Me Thomas Jacques. 

Cette avenue «abolit l’espoir», ont pour leur part plaidé les avocats de Bissonnette. Me Charles-Olivier Gosselin et Me Jean-Claude Gingras ont demandé au juge de déclarer la disposition sur les peines consécutives inconstitutionnelle, donc invalide. 

Condamner Bissonnette à une autre peine que celle de la perpétuité, avec une possibilité de libération conditionnelle après 25 ans, constituerait ni plus ni moins «une peine de mort par incarcération», selon eux. 

50, 75, 100, 125 ans? 

Toutefois, le président du tribunal pourrait décider de trancher quelque part entre les deux et ainsi condamner le tueur à une peine de 50, 75, 100 ou 125 ans consécutifs sans possibilité de libération conditionnelle. 

Par exemple, si le juge imposait une peine de 50 ans, Bissonnette pourrait espérer revoir la lumière du jour à 77 ans. 

«Le juge va devoir rendre un jugement en fonction de la loi, mais aussi en fonction de ce que lui va penser de l’événement, des victimes, de l’accusé, etc. C’est assez difficile de prédire [ce qu’il tranchera]», souligne le criminaliste Jean-Pierre Rancourt. 

«Le juge Huot comprend la nature et l’impact de sa décision. C’est un énorme travail de recul, de réflexion. C’est sûr que ça va justifier une peine très sévère, pour envoyer un message clair. Mais le très sévère, c’est quoi? Tout sera dans sa justification, ses motifs», observe l’ex-juge Nicole Gibeault qui, comme nombre de juristes, voit déjà la décision se rendre jusqu’au plus haut tribunal du pays. 

  

 Ce qu’il a dit lors de l’interrogatoire policier 

Photo capture d’écran

 «Pour moi, c’était pas mal pantoute, pis j’ai pas pensé que je pourrais finir en prison, parce que je voulais me tirer une balle dans la tête. J’voulais juste sauver du monde.» 

 «J’ai écouté la télé, pis ils disaient que le gouvernement canadien allait prendre plus de réfugiés, ceux qui pourraient pas aller aux États-Unis, pis là, j’ai comme perdu la carte.» 

 «Ça fait des mois que ça me torture, là, à le faire là, tsé... J’étais inquiet. J’étais anxieux. Je pensais que les pilules régleraient le problème, par exemple, mais ç’a pas réglé le problème. Ça l’a rendu pire.» 

 Les victimes de la tuerie 

 Azzedine Soufiane 

Photo courtoisie
  •  57 ans 
  •  Origine : Maroc 
  •  Père de 3 enfants de 15 ans, 13 ans 
  •  et 6 ans 
  •  Propriétaire de l’épicerie-boucherie Assalam (La Paix) à Sainte-Foy 
  •  Détenteur d’une maîtrise en géologie à l’Université Laval  

 Ibrahima Barry 

Photo courtoisie
  •  39 ans 
  •  Origine : Guinée 
  •  Père de 4 enfants de 13 ans, 7 ans, 3 ans et 2 ans 
  •  Employé de Revenu Québec  

 Mamadou Tanou Barry 

Photo courtoisie
  •  42 ans 
  •  Origine : Guinée 
  •  Père de 3 jeunes enfants 
  •  Comptable chez Lucas Meyer Cosmetic à Place de la Cité  

 Khaled Belkacemi 

Photo courtoisie
  •  60 ans 
  •  Origine : Algérie 
  •  Père de 2 enfants adultes 
  •  Professeur titulaire et chercheur à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation à l’Université Laval 
  •  Détenteur de 2 doctorats en génie chimique  

 Abdelkrim Hassane 

Photo courtoisie
  •  41 ans 
  •  Origine : Algérie 
  •  Père de 3 fillettes de 9 ans, 8 ans et 15 mois 
  •  Analyste informatique au gouvernement du Québec  

 Aboubaker Thabti 

Photo courtoisie
  •  44 ans 
  •  Origine : Tunisie 
  •  Père de 2 enfants de 11 ans et 3 ans 
  •  Chef d’équipe chez Exceldor, à Saint-Anselme  

   

 Palais de justice : sécurité accrue, foule attendue 

 Le palais de justice de Québec sera pris d’assaut par les familles et proches des victimes, survivants, membres des médias et du public pour assister au prononcé de cette peine, qui pourrait être sans précédent. 

 Des centaines de personnes sont attendues. 

 Comme ce fut le cas lors des procédures judiciaires l’an dernier, des mesures de sécurité importantes ont été mises en place pour permettre l’accès à la salle 4.01, qui peut accueillir jusqu’à 250 personnes.  

 Au Canada : 75 ans, la plus lourde peine imposée 

 Depuis que le Code criminel canadien permet l’imposition de peines consécutives dans le cas de meurtres multiples, cinq criminels ont été condamnés à 75 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle. 

 Il s’agit des triples meurtriers Justin Bourque, au Nouveau-Brunswick (2014), John Paul Ostamas, au Manitoba (2016), Derek Saretzky, en Alberta (2017), Douglas Garland, en Alberta (2017) et Dellen Millard, en Ontario (2018). 

 Ils auront respectivement 99 ans, 115 ans, 97 ans, 129 ans et 102 ans quand ils pourront demander une libération conditionnelle. 

 Saretzky, Garland et Millard ont porté leur peine en appel.