/sports/hockey/canadien
Navigation

Après les Jets, les Maple Leafs

Un autre test important attend Claude Julien et ses protégés contre les Maple Leafs, samedi soir au Centre Bell.
Photo d’archives, Martin Chevalier Un autre test important attend Claude Julien et ses protégés contre les Maple Leafs, samedi soir au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

En bon capitaine, Shea Weber a parfaitement décrit l’attitude à l’intérieur du vestiaire de l’équipe quelques minutes après une étincelante victoire de 5 à 2 contre les Jets de Winnipeg.

« Non, il n’est pas encore le temps de nous décrire comme une très bonne équipe, a affirmé Weber. Vous pouvez nous laisser tranquilles et parler des autres équipes. »

Le Canadien se plaît avec cette étiquette de formation négligée. Depuis le jour un de l’année, le CH a pris un malin plaisir à déjouer les pronostics.

« Je suis d’accord avec Webby, a dit l’ailier Tomas Tatar après un entraînement optionnel à la veille du match contre les Maple Leafs au Centre Bell. Nous aimons mieux rester à l’écart et ne pas trop attirer l’attention. Oui, nous avons une bonne équipe, mais nous devons toujours nous améliorer. »

« Nous avons confiance, mais nous restons humbles, a poursuivi le Slovaque. Dans la LNH, il n’y a pas de mauvaises équipes. Nous gardons une mentalité d’un jour à la fois même si nous connaissons du succès dernièrement et que nous sommes heureux de notre classement. Il règne une bonne ambiance au sein du vestiaire. »

Un autre défi

Avant le passage des Jets à Montréal, on décrivait ce bloc de quatre rencontres comme quatre tests importants. Le CH a admirablement bien passé son premier test contre les Jets, mais il restera maintenant à jouer contre les Leafs, les Predators et le Lightning, trois autres formations qui peuvent rêver à la Coupe Stanley.

« C’est le même défi face aux Maple Leafs, a rappelé Julien. Ce sont deux équipes qui ont beaucoup d’habiletés offensivement, capables de marquer des buts. Je pense qu’on doit approcher ce match comme on l’a fait contre Winnipeg, avec beaucoup de respect, mais pas nécessairement de l’intimidation. »

Pour Julien, l’essentiel sera de garder les deux pieds bien sur terre après une aussi bonne sortie.

« C’était un de nos bons matchs cette année, a-t-il mentionné. Dans une saison de 82 matchs, tu vas en avoir des excellents, tu vas en avoir des bons, tu vas en avoir des moins bons. On en a vécu de toutes les sortes. Jeudi, ç’a été un bon match contre une bonne équipe. Le but ultime est d’être capables de voir si on peut répéter ça contre les Maple Leafs de Toronto. C’est important pour nous de ne pas s’emporter, de garder le même niveau de concentration et la même attitude qu’on a depuis le début de l’année. Un match à la fois, essayer de s’améliorer comme équipe et rester affamés. »

Le caractère avant le talent

Pour rester sur le haut de la vague (8-1-1 lors des dix derniers matchs), le Tricolore devra s’en tenir à sa propre identité en misant sur la rapidité et le travail pour battre des équipes souvent mieux nanties sur le strict plan du talent.

« On en a parlé cette semaine et le message a été capté, a souligné Julien. Tu peux avoir les meilleurs joueurs au monde, mais s’ils ne sont pas capables de jouer ensemble, ça ne fait pas une équipe. On a vu ça dans le passé avant le plafond salarial. Des équipes qui dépensaient beaucoup d’argent, ça ne voulait pas dire une coupe Stanley automatique. Au bout du compte, la façon que tu joues en équipe, le système qu’on met en place. C’est sûr que ça aide. »

Le CH jouera un premier match face aux Leafs depuis la rencontre inaugurale de la saison 2018-2019. Le 3 octobre dernier, Auston Matthews avait marqué le but vainqueur dans un gain de 3 à 2 en prolongation des Leafs. Dès ce premier match, le Canadien avait montré son potentiel et son caractère contre l’une des bonnes formations du circuit.