/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le meilleur thriller en ville

Coup d'oeil sur cet article

On a de bons scénaristes au Québec. Luc Dionne qui fracasse des records avec District 31, Michelle Allen qui nous a ébranlés avec Fugueuse.

Mais même les meilleurs scénaristes en ville ont de la compétition : le meilleur thriller sur nos écrans en ce moment, qui nous tient sur le bout de nos sièges, ce n’est pas une fiction. C’est un grand reportage captivant qui m’a tenue en haleine pendant une heure : Le pilote des stars, que j’ai dévoré hier sur club illico.

Quand on dit que la réalité dépasse la fiction...

Le Québec dans le noir

Même le scénariste le plus flyé n’aurait pas pu écrire une histoire plus mystérieuse, pleine de rebondissements, que celle de Normand Dubé, qui a été trouvé coupable d’avoir saboté des lignes de haute tension avec son petit avion le 4 décembre 2014, causant une panne majeure qui a touché 180 000 résidences et coûté 30 millions de dollars à Hydro-Québec.

C’est qu’au cœur de ce premier grand reportage du Bureau d’enquête, il y a un mystère enveloppé dans une énigme. Aucun intervenant, aucun journaliste n’a le droit de nous dire, en public ou en privé, de quelle manière Normand Dubé s’y serait pris pour attaquer les lignes électriques ! S’ils parlent, ils sont passibles d’accusations d’outrage au tribunal.

Hier, à QUB radio, j’ai interviewé la journaliste Marie-Christine Noël et la réalisatrice Ninon Pednault. Elles ont été catégoriques : pas question de me donner le moindre indice qui me permettrait de savoir comment Dubé s’y est pris, c’est une question de sécurité nationale. J’avais l’impression de parler à des agents de la CIA qui, dans les films, glissent à l’oreille des personnes qui posent trop de questions : « On pourrait te le dire, mais après on devrait te tuer ».

En visionnant Le pilote des stars, j’ai eu l’impression de suivre un thriller à la John Le Carré. Pendant une heure, je me suis amusée à essayer de mettre ensemble les morceaux du casse-tête.

Sauf que toutes les cinq minutes, je changeais d’avis : « C’est sûr que c’est lui », « Ça ne peut pas être lui », « Bien oui, il l’a fait », « Bien non, ils n’ont pas de preuve hors de tout doute », « Oui, mais il n’y a que lui qui aurait pu être le coupable »... Bref, j’étais aussi accro que lors des meilleurs épisodes de District 31 ou de Blue Moon.

Quand une histoire semblable a autant de ramifications, de points d’interrogation sans réponse, le défi c’est de bien raconter l’histoire, sans que le public se sente perdu dans les détails. Heureusement que Le pilote des stars ne lésine pas sur les graphismes et les dessins pour imager ce dossier complexe.

Qui dit vrai ?

Un autre procès de Normand Dubé (pour incendies criminels, menaces et harcèlement criminel) débute la semaine prochaine, et je vais le suivre avec attention.

Dans Le pilote des stars, on entend des enregistrements dans lesquels Dubé profère des menaces contre des fonctionnaires. Et quand il lance « La vengeance est un plat qui se mange froid », ça nous glace le sang.

Je vous l’ai dit, toute cette histoire est digne d’un John Le Carré...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.