/finance/business
Navigation

Produits pour la perte de poids: le Bureau de la concurrence lance un avertissement à l’industrie

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Les vendeurs et les promoteurs de produits de santé naturels visant la perte de poids ont été invités vendredi, par le Bureau de la concurrence, «à revoir leurs pratiques publicitaires pour s'assurer que les indications de perte de poids ne sont pas fausses, trompeuses ou non fondées».

Selon le Bureau, qui dit surveiller de près la situation en collaboration avec Santé Canada, cet avertissement est fait pour inciter les entreprises de ce créneau d’activité à se conformer à la Loi sur la concurrence lorsqu’ils font de la publicité.

«[...] Le Bureau pourrait intervenir en réaction à des indications fausses, trompeuses ou non fondées si l'impression générale qu'elles créent dépasse ce qui a été expressément approuvé par Santé Canada», a indiqué le Bureau de la concurrence, par communiqué.

«Aujourd'hui, nous envoyons un message clair à l'industrie des produits de santé naturels: les indications de perte de poids ne doivent pas être fausses, trompeuses ou non fondées. Ne trompez pas les consommateurs avec de fausses promesses», a dit Matthew Boswell, commissaire de la concurrence par intérim.

Ainsi, le Bureau de la concurrence a énuméré les recommandations suivantes à l’endroit de l’industrie:

  • En vertu de la Loi sur la concurrence, les indications relatives au rendement ou à l'efficacité d'un produit doivent s'appuyer sur une épreuve suffisante et appropriée
  • L'épreuve doit être faite avant que l'indication de rendement ou d'efficacité d'un produit soit donnée au public
  • Veillez à ce que les produits publicitaires, individuellement ou rassemblés, ne créent pas une impression générale fausse ou trompeuse. Les mots, les images et la conception sont tous des éléments importants. Demandez-vous: «Quelle est l'impression générale rendue par ma publicité?»
  • Les vendeurs et promoteurs de produits de santé naturels doivent également se conformer à la Loi sur les aliments et drogues, dont l'application relève de Santé Canada