/weekend
Navigation

Danser pour survivre

Xenos
Photo courtoisie, Jean-Louis Fernandez Akram Khan se glisse dans la peau d’un soldat indien pour faire un point d’histoire.

Coup d'oeil sur cet article

Le danseur et chorégraphe britannique Akram Khan a un souhait avec son spectacle XENOS : faire réagir ses spectateurs. Une tâche qui devient de plus en plus difficile.

« Les images sont maintenant devenues la principale forme d’information, surtout chez les jeunes. Alors quand on voit des scènes de violence dans lesquelles on n’est pas impliqué, on a tendance à rester passif, voire indifférent. Alors tout ce que je souhaite, c’est de réussir à les réveiller, ne serait-ce que le temps d’un spectacle », ajoute Akram Khan.

Avec sa toute nouvelle création, XENOS, Akram Khan remonte le temps jusqu’au siècle dernier en se glissant dans la peau d’un soldat indien appelé à joindre les troupes britanniques lors de la Première Guerre mondiale. Non, la prémisse de ce spectacle n’est pas exactement joyeuse. Mais elle est « nécessaire », selon le danseur et chorégraphe.

Dernière tournée

Ce XENOS, présenté quatre soirs à Montréal cette semaine, est en réalité le dernier tour de piste pour Akram Khan. Au terme de cette tournée, le Britannique accrochera ses souliers de danseur pour se concentrer uniquement sur son métier de chorégraphe. À 44 ans, il avoue être prêt à passer à autre chose, autant physiquement que mentalement.


► Le spectacle XENOS sera présenté au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts du 13 au 16 février.