/sports/hockey
Navigation

Une première pour Gauthier à Montréal

Il bataille pour garder son poste chez les Leafs

HKN-ST.-LOUIS-BLUES-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS
Photo AFP L’an dernier, Frederik Gauthier avait connu de bonnes séquences. On le voit en présence de Connor Brown après un but.

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de croire qu’après quatre saisons chez les pros, Frédérik Gauthier disputait son premier match en saison régulière au Centre Bell dans l’uniforme des Maple Leafs, samedi soir.

À son 82e match dans la LNH, l’attaquant québécois âgé de 23 ans a rayé cet accomplissement de sa liste de souhaits à réaliser dans sa carrière. Il était épié par une douzaine de membres de sa famille dans les gradins.

Gauthier avait déjà posé le patin sur la glace du domicile du Canadien à deux reprises auparavant dans des matchs préparatoires, mais comme ce n’était rien d’officiel, il était tout sourire et excité samedi matin quand il a su qu’il disputerait la rencontre.

Le choix de première ronde des Leafs à l’encan 2013 continue à se battre pour conserver son poste dans l’alignement de Mike Babcock. Pilotant le quatrième trio, il ne peut surtout pas se permettre de prendre une présence mollo en raison de la profondeur de la brigade offensive menée par les John Tavares, Auston Matthews et Mitch Marner.

Perpétuelle bataille

Ayant paraphé en juillet dernier une entente à deux volets de deux ans lui rapportant annuellement 675 000 $, le colosse de 6 pi 5 po et 235 livres doit composer avec son statut précaire. Même s’il a enfilé l’uniforme à la feuille d’érable 45 fois cette saison en profitant de ses opportunités, les neuf matchs qu’il a regardés du haut des gradins lui ont rappelé qu’il devait redoubler d’ardeur au travail.

« C’est une équipe remplie de talent profitant d’une grande profondeur, a rappelé Gauthier, qui a marqué deux buts et amassé 10 points cette saison. Il faut être prêt à se battre pour son poste chaque fois qu’on saute sur la glace. Il ne faut jamais tenir rien pour acquis. Il y a toujours de nouveaux joueurs qui arrivent. C’est une bataille continuelle. »

Celui qui a remporté la Coupe Calder le printemps dernier chez les Marlies de Toronto assure toutefois que, pour l’instant, tout se déroule bien dans son cas.

Accepter son sort

Seul petit hic qui pourrait lui jouer un tour dans les prochains jours, c’est le retour au jeu du vétéran Tyler Ennis. Les Maple Leafs ont annoncé qu’ils le retireraient de la liste des blessés après le match face au Tricolore.

Ainsi, quatre attaquants convoiteront les trois postes du quatrième trio. Du lot, le Suédois Par Lindholm qui évolue présentement à l’aile pourrait être muté au centre. Une position qu’il a occupée cette saison.

« Je n’ai pas le choix d’accepter mon sort. Il faut que je joue et que je m’amuse, a témoigné avec philosophie le gentil géant utilisé en moyenne huit minutes par match. On verra ce qui se produira au retour de Tyler. »

« Je n’ai pas le choix de voir la vie de cette façon, sinon on peut se rendre complètement fou », a-t-il ajouté.

Avant de mettre les pieds à Montréal, Gauthier avait noirci la feuille de pointage à ses deux derniers matchs. Face aux Ducks d’Anaheim lundi dernier, il avait été particulièrement actif en dirigeant quatre tirs vers le filet adverse, amassant entre autres une mention d’aide sur le premier but du match, celui de John Tavares.

« Je crois que je gagne de plus en plus en confiance. Toute l’équipe joue mieux. Nous avons créé de bonnes choses dans les derniers matchs. Nous avons utilisé notre vitesse et nous avons fait des jeux intelligents. Dans ce temps-là, de bonnes choses surviennent. »

S’il continue à parfaire sa technique aux cercles des mises en jeu, Gauthier souhaiterait obtenir sa chance en infériorité numérique. Un aspect du jeu qu’il affectionne particulièrement. Il devra toutefois attendre son tour et ensuite faire ses preuves. Un scénario qu’il répète depuis quatre ans.