/24m
Navigation

Crise des opioïdes: formations gratuites pour éviter les surdoses mortelles

Crise des opioïdes: formations gratuites pour éviter les surdoses mortelles
Francis Pilon / 24H

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Un Montréalais s’est donné pour mission de former gratuitement le public à l’usage des trousses de naloxone pour diminuer les cas de surdoses mortelles dans la métropole québécoise.

«Après avoir moi-même vu des gens qui semblaient affectés dans les rues de Montréal par les "overdoses", j’ai décidé de suivre une formation. Je me suis dit ensuite qu’il fallait enseigner comment utiliser les trousses de naloxone à plus de personnes possible parce que ça peut paraître intimidant au début», a affirmé Richard Davy, étudiant en travail social à McGill.

Les fortes doses cumulatives d'opioïdes, comme le fentanyl, la morphine ou l’héroïne, peuvent mener à un arrêt respiratoire. La naloxone est un antidote qui renverse ou bloque ces effets mortels.

Entre le 31 décembre 2017 et le 31 décembre 2018, le Bureau du coroner du Québec a rapporté 150 décès par intoxication probable aux drogues et aux opioïdes à Montréal. L’équivalent d’environ 12 décès en moyenne par mois.

Crise des opioïdes: formations gratuites pour éviter les surdoses mortelles
Francis Pilon / 24H

«Je trouvais qu’il avait un manque à combler à Montréal. Il faut former ceux qui ne sont pas des professionnels du milieu médical. Ça peut arriver à n’importe qui et n’importe quand. C’est pourquoi je veux entrainer le plus de personnes possible à utiliser ces trousses», a expliqué M. Davy.

La formation

Le «24 Heures» a participé en janvier dernier à un de ces ateliers qui se déroulent tous les vendredis à l’Université McGill pour apprendre à administrer la naloxone à une personne qui subit une crise d’opioïdes.

Crise des opioïdes: formations gratuites pour éviter les surdoses mortelles
Francis Pilon / 24H

Chaque participant a reçu gratuitement une trousse contenant deux seringues rétractables, deux flacons de nalaxone et un vaporisateur nasal contenant aussi l’antidote.

«La nalaxone, quand elle est vaporisée ou injectée, c’est sans danger. C’est un antidote qui agit seulement si des opioïdes sont présents dans le corps de la personne. On ne peut pas en faire un mauvais usage», a assuré M. Davy durant la formation.

Lorsqu’une personne semble faire une surdose d’opioïdes, M. Davy souligne qu’il faut la stimuler, dans un premier temps, pour s’assurer qu’elle demeure consciente.

Après avoir appelé le 911 et si la personne ne respire plus, les prochaines étapes sont d’ouvrir les voies respiratoires, d'installer la personne dans une position latérale de sécurité, d'effectuer une réanimation cardio-pulmonaire et, finalement, d'injecter le médicament.

Les trousses de naloxone sont disponibles gratuitement et sans ordonnance dans toutes les pharmacies québécoises.

Les personnes intéressées à participer aux ateliers peuvent se joindre à la page Facebook. «Naloxone & Overdose Response Training for Non-Medical Professionals». La prochaine formation en français aura lieu seulement au début du mois de mars prochain.

Signes et symptômes d'une surdose aux opioïdes

• Une difficulté à marcher, parler et rester éveillé

• Les lèvres ou les ongles bleus

• Les pupilles très petites

• La peau froide et moite

• Des étourdissements et de la confusion

• Une somnolence extrême

• Des bruits de suffocation, des gargouillements ou des ronflements

• Une respiration lente, faible ou inexistante

• L’incapacité à se réveiller, même si la personne est secouée ou qu’on lui crie après