/news/society
Navigation

La mère de David Fortin lui écrit une touchante lettre

La maman de David Fortin cherche encore des réponses 10 ans après sa disparition

Caroline Lachance
Photo d'archives, Isabelle Tremblay La mère de David Fortin, disparu il y a 10 ans, montrait une photo de lui le 30 janvier. Elle lui a écrit une touchante lettre (en mortaise), publiée dimanche sur Twitter.

Coup d'oeil sur cet article

Dix ans après la disparition de David Fortin au Saguenay—Lac-Saint-Jean, sa mère lui a écrit une émouvante lettre, dans laquelle elle garde encore espoir de le revoir.

Caroline Lachance y décrit des souvenirs de son garçon, qui aurait 24 ans aujourd’hui et fait part des questions qui la tiraillent depuis son départ, le 10 février 2009.

« Dix années à continuer de te chercher et d’espérer te retrouver. Espérer aussi que tu sois bien où tu es », écrit-elle dans une missive publiée dimanche matin sur le compte Twitter du Réseau Enfants-Retour.  

Ce matin du 10 février 2009, David Fortin est sorti plus tôt qu’à l’habitude pour prendre l’autobus scolaire. Il n’est cependant jamais monté à bord. Il avait demandé à sa mère de le reconduire à l’école, mais elle ne pouvait pas. C’est la dernière fois qu’elle a vu son fils.

Des témoins

« C’est cette image qui me revient toujours. Te voir au pied de l’escalier avec ton beau grand sourire », souligne la dame.

Au fil des ans, des témoins disent l’avoir vu sur le traversier entre Berthierville et Sorel-Tracy, à Métabetchouan et à Lac-Bouchette.

« C’est impossible que toi, un petit jeune homme de 14 ans, tu aies pu réussir à te faufiler parmi tous ces gens qui te cherchaient sans l’aide de personne. Il y a quelqu’un qui, peut-être sans le vouloir ou sans savoir que tu étais en fugue et recherché, t’as embarqué dans son auto ou son camion », ajoute Mme Lachance.

Intimidation

Selon les différents témoignages recueillis après sa disparition auprès de la Sûreté du Québec, l’adolescent n’en pouvait plus d’être humilié et harcelé à l’école. Depuis son primaire, il était la cible des autres enfants.

« Pourquoi un jeune homme aussi attachant que toi n’a pas réussi à se faire un seul ami avec qui partager, s’amuser, parler, un seul avec qui tu aurais pu livrer ta souffrance. Ça t’aurait grandement aidé et fort probable, tu n’en serais pas rendu là. Tu serais sûrement encore avec nous », mentionne-t-elle.

« J’espère que ceux qui t’ont intimidé constatent le mal qu’ils t’ont fait, le mal qu’ils nous ont également fait », poursuit la maman.

L’enquête demeure ouverte à la Sûreté du Québec.

La lettre en entier:

Que reste-t-il après dix ans?

Dix années à continuer de te chercher et d'espérer te retrouver.

Espérer aussi que tu sois bien où tu es.

Mais où es-tu?

Voilà la vraie question, mais quelle est la réponse!

Combien de temps encore va-t-il se passer sans te revoir?

Comment va-t-on faire pour continuer sans toi à nos côtés?

Qui détient l'information nécessaire et importante pour nous aider à te retrouver.

Toutes ces questions, je me les pose depuis dix ans.

C'est impossible que toi, un petit jeune homme de 14 ans, tu aies pu réussir à te faufiler parmi tous ces gens qui te cherchaient sans l'aide de personne.

Il y a quelqu'un qui, peut-être sans le vouloir ou sans savoir que tu étais en fugue et recherché, t'as embarqué dans son auto ou son camion.

Ou tout simplement vu marcher je ne sais où.

Pourquoi n'avons-nous pas l'information importante et nécessaire pour te retrouver?

Que reste-il de ces 14 années avec toi?

Des beaux souvenirs à te voir rire et sourire.

Cuisiner, décorer, aider les autres, jardiner, travailler.

Aimer la musique, les fêtes, le camping et que dire de ta façon de monter ta tente. Nous étions tous surpris de constater qu'il n'y manquait rien à l'intérieur.

Tellement que ta sœur aimait maintenant mieux dormir dans la tente avec toi.

Tout un exploit, mais faut dire que tu lui avais fait un nid assez douillet et confortable.

Et tout ça malgré ta souffrance intérieure.

Pourquoi un jeune homme aussi attachant que toi n'a pas réussi à se faire un seul ami avec qui partager, s'amuser, parler, un seul avec qui tu aurais pu livrer ta souffrance. Ça t'aurait grandement aidé et fort probable, tu n'en serais pas rendu là. Tu serais sûrement encore avec nous.

J'espère que ceux qui t'ont intimidé constatent le mal qu'ils t'ont fait, le mal qu'ils nous ont également fait.

Et maintenant, on se doit de continuer.

Garder espoir...

Garder force et courage...

J'avoue que j'ai peur...

Peur de ne plus être capable d'avancer...

D'échouer ce combat, oui un combat pour survivre à cette trop grande épreuve.

Je suis faible comparée à toi qui a tant souffert d'être rejeté des autres.

Tu as su garder ton beau grand sourire jusqu'à ton départ pour la maison.

C'est cette image qui me revient toujours.

Te voir au pied de l'escalier avec ton beau grand sourire.

Je t'aime mon fils et tu me manques tellement, je dirais même plus qu'avant.

J'espère tant que tu sois bien là où tu es.

Que ton coeur ne souffre plus.

Que tu sois enfin libre de respirer la vie, une belle vie.

Te savoir enfin heureux, cela me soulagerait un peu.

En attendant d'avoir toutes ces réponses...

Je garde confiance en la vie...

Je garde espoir de te retrouver...

Et je veux que tu saches que toujours je t'attendrai,

Que je t'aimerai comme au premier jour où tu es arrivée dans ma vie, dans mes bras.

Nous t'attendons tous avec tout l'amour que nous avons pour toi.

On continue à t'attendre mon amour.

Maman xxxx

Toute personne ayant des informations sur la disparition de David Fortin est priée de communiquer avec la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.