/24m
Navigation

Des tours plus hautes que prévues à la place du Spectrum

Des tours plus hautes que prévues à la place du Spectrum
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les deux tours du projet immobilier prévu sur le site de l'ancien Spectrum, à Montréal, seront plus hautes qu'annoncé et près de la limite permise selon une nouvelle proposition qui doit être adoptée mardi à l'arrondissement Ville-Marie.

Un premier projet de lecture doit être approuvé mardi soir à la séance du conseil, où les élus de Projet Montréal forment la majorité. Le projet Maestria a reçu deux fois des avis favorables avec certaines conditions du comité consultatif d’urbanisme (CCU) de Ville-Marie.

«On n’est pas en train de donner le feu vert au projet», a nuancé lundi la conseillère de ville et présidente du CCU Sophie Mauzerolle. Le projet doit ensuite aller en assemblée publique de consultation, de nouveau au CCU et au conseil d’arrondissements.

Selon des documents de Ville-Marie, les deux tours de plus de 50 étages du complexe résidentiel s’élèveraient à 198 et 185 mètres. Par rapport au niveau de la mer, elles montent à près de 225 et 219 mètres. Aucun bâtiment ne peut dépasser le sommet du mont Royal qui est à 232,5 m.

En novembre, le président de Devimco Immobilier Serge Goulet avait affirmé aux médias que les immeubles s’arrêteraient à 168 mètres. Le promoteur a indiqué lundi ne pas accorder d’entrevue avant la séance du conseil.

Une des tours serait maintenant plus haute, mais plus étroite pour entre autres assurer l’ensoleillement sur la Place des Festivals et pour créer une expérience piétonne plus intéressante sur la rue Sainte-Catherine.

«C’était aussi pour limiter l’effet de densité qu’avait le premier projet», a expliqué Mme Mauzerolle. Les critères de hauteur, de densité et d’ensoleillement restent respectés avec cette proposition.

Plus de logements

Contrairement à ce qui a été annoncé, 1636 unités résidentielles, et non 1500, dont 700 logements locatifs, seraient aménagées. Un changement apprécié par l’administration de Valérie Plante, qui veut préserver la mixité sociale au centre-ville.

Le directeur des politiques d’Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, a rappelé qu’il s’agissait d’une première lecture du projet. Son organisme a l’intention d’étudier la nouvelle proposition. Il s’attend à ce que le site soit développé en qualité, et non pas seulement en quantité, et reste préoccupé quant à l’impact que celui-ci aura sur l’argent public investi dans le Quartier des spectacles.