/news/currentevents
Navigation

L'avocat Parent ne présente pas de défense

Jean-Roch Parent subit depuis le 4 février son procès pour entrave, menace et intimidation contre deux policiers

L'avocat Parent ne présente pas de défense
Photo JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

 L’avocat Jean-Roch Parent, accusé d’entrave, de menace et d’intimidation contre deux policiers, a choisi de ne pas présenter de défense à son procès devant jury. 

 C’est ce que son avocat, Me Mathieu Giroux, a annoncé aux 11 membres du jury et au juge de la Cour supérieure Louis Dionne, mardi. La veille, la Couronne avait clos la présentation de sa preuve.  

 «Nous avons convenu qu’il n’était pas nécessaire de présenter une défense», a dit Me Giroux, au jour 7 du procès. Les parties seront de retour en cour mercredi matin pour la plaidoirie du ministère public. 

 Rappelons que Parent a été arrêté pour entrave et menace à l’endroit de deux agents de la Sûreté du Québec le matin du 4 mai 2017, sur l’autoroute Dufferin-Montmorency, lors d’une interception pour non-respect d’une voie réservée qui a mal tourné. 

 L’avocat s’est fait menotter après avoir lancé à un des policiers «Touche-moi pas, je te cogne!»

 La vidéo de l’événement, filmé par un témoin qui passait par là, a été présentée au procès, tout comme la vidéo de l’interrogatoire de l’accusé au poste de police. 

 L’homme de 41 ans avait affirmé, en fixant la caméra, avoir réagi après avoir été victime d’une «voie de faits» commise par l’un des agents. 

 Les deux policiers plaignants au dossier ont notamment témoigné au procès. L’agent Damien Bélanger a soutenu que Parent était «en crise» dès le début de l’interception. Les témoins ont aussi été longuement contre-interrogés par l’avocat de Parent.