/news/transports
Navigation

Prêts à affronter le chaos de la tempête

Transports Québec va à nouveau assurer une vigie des routes de la province grâce à plus de 400 caméras

MTQ Centre intégré de gestion de la circulation
Photo Axel Marchand-Lamothe

Coup d'oeil sur cet article

 Des employés du MTQ auront les yeux rivés sur les centaines de caméras de circulation qui quadrillent la région de Montréal pour minimiser les impacts de la plus grosse tempête de l’hiver prévue aujourd’hui.  

 « Tout le monde se prépare pour faciliter la circulation sur le réseau. On contribue à limiter le chaos », assure Yves Beaudoin, chef de service du Centre intégré de gestion de la circulation (CIGC) de Transports Québec.   

 La salle de contrôle située sur la rue Viger, à Montréal, deviendra pour les prochains jours le quartier général des opérations du ministère des Transports du Québec (MTQ) dans la région de Montréal, alors qu’une importante tempête s’amène.  

 Une quinzaine de préposés auront pour tâche de surveiller les quelque 417 caméras braquées sur les grands axes routiers de la région métropolitaine et signaler les incidents.  

 Beaucoup de travail

  Au milieu des écrans de surveillance, un radar météo montre les précipitations à venir.  

 « Ça prévoit aussi le nombre d’appels que l’on va recevoir », plaisante le chef d’équipe Gilles Desroches.  

 Une journée de tempête de neige amène une charge de travail beaucoup plus importante. Des préposés supplémentaires seront appelés en renfort jusqu’à jeudi pour assurer une vigie constante. 

 « Quand ça s’active dans la salle, c’est impressionnant. Il y a beaucoup d’échanges d’informations entre eux, mais aussi avec les autres intervenants d’urgence », note encore Yves Beaudoin.  

 « Ils développent leur propre langage. La plupart connaissent les numéros de caméra sur le territoire par cœur », poursuit-il.  

  Les informations sont ensuite transmises aux patrouilleurs, aux directions territoriales et aux autorités policières selon les besoins d’intervention.  

 « Nous, on donne l’alerte pour que l’événement soit pris en charge le plus rapidement possible. C’est presque en temps réel », ajoute-t-il.  

 En plus des caméras, les préposés reçoivent les appels en provenance des services policiers et des usagers de la route via la ligne Québec 511.  

 Leur implication va au-delà du simple signalement des incidents. Ils suggèrent des chemins alternatifs pour rediriger les automobilistes ou pour permettre aux services d’urgence d’intervenir plus facilement.  

 Contrôlé à distance

 Certaines caméras peuvent même être contrôlées à distance pour offrir un meilleur point de vue alors que d’autres sont munies d’essuie-glaces et de lave-glace pour assurer la visibilité.  

 « On peut même donner une estimation du nombre de blessés potentiels pour moduler l’intervention », note Frédéric Ducharme, un autre chef d’équipe du CIGC.  

 Pour affronter le blizzard, le MTQ déploiera aussi près de 200 camions de déneigement, plus de 25 techniciens, surveillants et patrouilleurs en plus de compter sur une vingtaine de gestionnaires sur la route.   

  ► 417 caméras de surveillance dans la grande région de Montréal sur les 700 dans l’ensemble du Québec  

  ► Durée moyenne des appels de signalement sur la ligne Québec 511 : 36 secondes  

  ► 120 000 Requêtes d’intervention traitées chaque année par le CIGC  

  ► 22 000 Appels reçus pour signaler un incident lors de la tempête du 20 janvier et des jours qui ont suivi  

 « La vigilance des employés du CIGC permet parfois de sauver des vies.»

 Frédéric Ducharme raconte avoir avisé par radio un surveillant routier qu’une voiture allait le percuter. Une automobile déviait de sa voie sur ses caméras. Finalement, c’est la camionnette qui a encaissé le choc plutôt que l’intervenant.

À VOIR AUSSI