/finance/stockx
Navigation

SNC déçoit encore

Le titre de l’entreprise a perdu 30 % depuis janvier

Coup d'oeil sur cet article

Déjà au cœur d’une crise politique à Ottawa, voilà que SNC-Lavalin a réservé hier à ses actionnaires une deuxième mauvaise surprise en deux semaines. Son action a encore chuté en Bourse, portant le recul à 30 % depuis la fin janvier.

Le titre a perdu 7 % hier à la Bourse de Toronto pour clôturer à 34 $.

La firme de génie-conseil a annoncé hier qu’elle n’a pas pu s’entendre avec le client d’un important projet minier en Amérique latine. Des dépassements de coûts s’y accumulent en raison « des conditions difficiles du site, des mesures de sécurité et de protection de l’environnement plus importantes que prévu et de la sous-performance des sous-traitants », a-t-on indiqué hier.

Les deux parties ont convenu de régler le différend au moyen d’un « processus d’arbitrage accéléré ». SNC dit s’attendre « à récupérer des montants importants dans l’avenir », mais on ne sait pas quand.

Entre-temps, ce contrat pèsera lourd sur les résultats de l’entreprise montréalaise pour 2018. Le segment Mines et métallurgie subira une perte d’exploitation pouvant aller jusqu’à 350 M$, a indiqué hier SNC-Lavalin. Les analystes financiers prévoyaient plutôt une perte de 175 M$.

Les profits fondent

Quant au bénéfice par action de SNC pour 2018, il devrait se situer entre 1,20 et 1,35 $. C’est une baisse de plus de 40 % par rapport à ce que l’entreprise prévoyait il y a à peine deux semaines. Et de plus de 60 % par rapport aux prévisions de l’automne.

L’entreprise a aussi dévoilé hier des projections de profits largement inférieures aux attentes des analystes pour 2019.

Dans l’espoir d’éviter de nouveaux problèmes, SNC-Lavalin a décidé de ne plus soumissionner pour des contrats miniers de type ingénierie et construction.

Rappelons que le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique de la Chambre des communes, Mario Dion, a ouvert hier une enquête sur la possible ingérence politique du bureau du premier ministre Justin Trudeau dans le but d’éviter un procès criminel à SNC-Lavalin pour des agissements commis en Libye.