/24m/city
Navigation

Tempête de neige : les Montréalais invités à rester chez eux mercredi

Jean-François Parenteau lors d'un point de presse à l'hôtel de ville, en compagnie du porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin
Photo Sarah Daoust-Braun Jean-François Parenteau lors d'un point de presse à l'hôtel de ville, en compagnie du porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin

Coup d'oeil sur cet article

Les Montréalais devraient limiter leurs déplacements, voir rester à la maison mercredi, a averti mardi la Ville, qui se préparer à faire face à ce qui pourrait être la plus grosse tempête de neige de l’hiver.

« Quand on va ouvrir la porte [mercredi matin], monsieur, madame tout le monde devrait avoir sur son balcon une bonne quantité de neige », a prévenu mardi le responsable du déneigement au comité exécutif Jean-François Parenteau.

La métropole s’attend à recevoir de 30 à 40 cm de neige mardi soir et mercredi avec de la poudrerie et des vents forts. M. Parenteau a invité les Montréalais à limiter leurs déplacements pendant la tempête, et à délaisser la voiture pour privilégier le transport en commun.

« Au niveau des déplacements en général, si on peut rester à la maison, le télétravail, ça va permettre moins de déplacements, ça va permettre aux équipes de mieux travailler sur le terrain et surtout ça va permettre de finir les opérations de déblaiement », a-t-il expliqué.

Même si Ville seront à pied d’œuvre mercredi pour faire face à la tempête de neige, la métropole ne pourra pas tout déblayer en matinée et les citoyens devront faire preuve de patience.

« Compte tenu de la quantité de neige qui va tomber et la rapidité à laquelle elle va tomber [...] on devrait se retrouver avec des passages, des routes et des trottoirs un peu enneigés. On veut quand même être honnêtes, et transparents. La quantité va faire en sorte qu’on va passer de façon subséquente, mais il pourra rester des endroits où ce sera encore difficile », a reconnu l’élu.

 

Cols bleus au travail

Tous les cols bleus seront de leur côté bien présents sur le terrain mercredi, a confirmé M. Parenteau. « C’est certain qu’aujourd’hui, si j’étais col bleu, en prévision de ce qu’on annonce, je prévoirais peut-être d’appeler quelqu’un en soutien pour demain matin parce que, sommes toutes, ça se pourrait qu’il y ait des écoles fermées », a-t-il indiqué mardi.

À la fin du mois de janvier, l’arrondissement du Sud-Ouest avait manqué pendant une matinée de cols bleus pour mener les opérations de déneigement puisque les écoles étaient fermées en raison des mauvaises conditions météo. Certains étaient aussi arrivés en retard.

L’opposition croit que la décision de tenir un point de presse en amont de la tempête montre que l’administration de Valérie Plante ressent de la pression face au déneigement.

« Plusieurs ont souligné qu’ils ont fait de mauvais choix, qu’ils ont pris de mauvaises décisions, et là ils essaient de rassurer le public, ce qui est une bonne chose », a commenté le chef d’Ensemble Montréal Lionel Perez, reconnaissant qu’il s’agit d’une grosse tempête à venir.

Chargement

Montréal estime que le chargement de la neige devrait être décrété jeudi à la fin de la nuit ou en début de matinée, après les précipitations. La Ville a dit rester en contact direct avec le ministère des Transports et le cabinet de la ministre responsable de la Métropole Chantal Rouleau.

Notre Bureau d’enquête rapportait vendredi que les contrats de la ville-centre pour l’épandage d’abrasifs ne demandent pas des quantités de sels suffisantes ou sont imprécis.

« S’il y a un message qu’il faut passer, c’est qu’il n’y a pas un contrat qui va avoir préséance sur le gros bon sens. J’appelle aux entrepreneurs, aux cols bleus, qui que ce soit, s’il y a de la glace, une situation non sécuritaire on doit passer c’est notre responsabilité d’aller jusqu’au bout [...] », a réagi M. Parenteau

Il soutient qu’il n’y a pas de corrélation entre les contrats et les trottoirs glacés des dernières semaines, que les quantités de sels sont palliées par la ville-centre et que l’épandage peut se faire plusieurs fois sur un trottoir.